Agen : partie en stage, la 206e promotion délèves surveillants de lENAP rattrapée par le virus – LePetitBleu

Agen : partie en stage, la 206e promotion délèves surveillants de lENAP rattrapée par le virus – LePetitBleu

Partis d’Agen début novembre, des élèves surveillants ont été testés positifs alors qu’ils se trouvent en stage dans les prisons du pays. Des mesures d’isolement  ont été prises.

Le vendredi 16 octobre dernier, le garde des Sceaux et ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a rendu hommage à l’administration pénitentiaire, pour son efficacité lors du confinement entre mars et mai. En face de lui, pour des raisons sanitaires, moins de la  moitié de la 206e promotion de surveillants de l’ENAP (Ecole nationale d’administration pénitentiaire) soit  280 élèves sur 700, tous  destinés à venir renforcer les personnels dans les maisons d’arrêt et centres de détention. 

Le cursus prévoit cinq semaines en cycle 1 avant un départ en stage dans les établissements pénitentiaires de métropole. En partenariat avec l’Agence régionale de santé (ARS) car l’école avait été confrontée à un mini « cluster » cet été, l’ENAP a mis en place un protocole sanitaire strict, qui figure d’ailleurs dans le règlement fourni à chaque élève qui franchit le seuil de cette école nationale. Mais la 206e promotion est rattrapée par l’épidémie : quelques jours après l’arrivée des stagiaires dans les prisons le 5 novembre, des mesures ont été prises sur les lieux de stages et elles sont drastiques.

Fresnes, Fleury-Mérogis…

Au centre pénitentiaire de Fresnes, 7 des 45 futurs surveillants ont été testés positifs. Tous sont placés à l’isolement en « septaine ». À Fleury-Mérogis, un dépistage à l’échelle de cet établissement doit être réalisé à compter de ce jeudi 12 novembre. Il vise entre autres les stagiaires de la 206e promotion, en provenance directe d’Agen. Au centre pénitentiaire de Lorient ou encore à Bordeaux, même cas de figure. Un cas positif de la même origine, et des mesures d’éloignement. Ces stagiaires sont en contact direct avec les détenus.

Dans un autre établissement parisien, la direction a fait circuler une note de service à l’attention des élèves concernés. Ce document précise « un retrait immédiat des détentions » (de ces stagiaires), une mise en septaine jusqu’au 18 novembre avec la consigne pour chacun des élèves de réaliser un test Covid et obligation d’en informer l’administration pénitentiaire. Pour tous, le stage de deux semaines était censé de terminer le 19 novembre. La formation d’élèves surveillants s’étend du 05 octobre au 02 avril prochain pour la 206e promotion, alors que se profile l’arrivée de la suivante au printemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.