Campagne vaccinale : les médecins libéraux sinsurgent contre les lenteurs et les blocages – Boursorama

Campagne vaccinale : les médecins libéraux sinsurgent contre les lenteurs et les blocages – Boursorama

Seul « un sixième des vaccins livrés par Pfizer » a été utilisé, estiment les médecins libéraux.

(illustration) ( AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK )

(illustration) ( AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK )

Il faut « rapprocher le vaccin des patients », mais les pouvoirs publics empêchent les médecins libéraux de participer efficacement à la campagne vaccinale française, ont dénoncé jeudi 14 janvier deux des principaux syndicats de médecins libéraux.

La « colère » monte chez les généralistes, a averti Jacques Battistoni, président de MG France, lors d’une conférence de presse. « On ne donne pas les moyens de fonctionner aux centres de vaccination libéraux » pour administrer le vaccin contre le Covid-19, a-t-il affirmé, témoignages à l’appui.

« On n’a pas des autorisations facilement, ni de dotations en vaccins, qu’on doit négocier », a-t-il précisé, fustigeant une différence de traitement avec l’hôpital. « On voit une sorte de recentrage sur les centres hospitaliers » , qui concentrent « à la louche les trois quarts » des centres de vaccination ouverts à ce jour.

« Ca permet de faire monter plus rapidement les chiffres » de vaccination, mais « il sera plus difficile d’aller chercher les personnes de plus de 75 ans près de chez elles », a-t-il prévenu.

70% des libéraux prêts à vacciner

Jacques Battistoni a plaidé pour « rapprocher le vaccin des patients », avec « une distance qui doit être la plus courte possible », soulignant qu’au moins 70% des généralistes « sont prêts à vacciner eux-mêmes » , d’après un sondage réalisé la semaine dernière auprès de 2.350 praticiens.

« Il faut accélérer », a également estimé Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, premier syndicat chez les médecins libéraux, qui a « l’impression que l’administration est empêtrée dans sa lourdeur ». « On a utilisé un sixième des vaccins livrés par Pfizer » , soit un peu moins de 250.000 personnes sur environ 1,5 million de doses reçues, a-t-il souligné.

« Débloquez-nous tous ces flacons ! », a-t-il lancé, ajoutant que « tout jour perdu a des impacts catastrophiques d’un point de vue sanitaire et économique ». Cela devrait notamment permettre « que tous les soignants soient vaccinés dans les plus brefs délais, et pas seulement ceux de plus de 50 ans ».

« Le pays doit tout faire pour préserver ses soignants qui sont au front » , a-t-il justifié, en particulier pour les médecins, dont la vaccination « a valeur d’exemple » auprès des infirmiers et aides-soignants chez lesquels « l’adhésion est beaucoup moins massive ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.