Ce simulateur vous indique quand vous pourrez réellement vous faire vacciner contre le Covid-19 – Edition du soir Ouest-France – 22/01/2021 – Ouest-France

Ce simulateur vous indique quand vous pourrez réellement vous faire vacciner contre le Covid-19 – Edition du soir Ouest-France – 22/01/2021 – Ouest-France

Par Julie-Solveig SAINT-GERMES

Si, comme près de la moitié des Français, vous envisagez de vous faire vacciner contre le Covid-19, peut-être vous êtes-vous déjà posé la question : quand est-ce que ce sera mon tour ? Deux chercheurs lyonnais ont développé un simulateur vous permettant de connaître la date à laquelle vous pouvez espérer recevoir votre dose de vaccin.

Un mois à peine après le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France, certains centres de vaccination affichent déjà complet. Si Olivier Véran a assuré jeudi 21 janvier que le gouvernement sera « en mesure » de vacciner 70 millions de personnes d’ici fin août, la question se pose encore de savoir, pour les publics non-prioritaires, quand.

En ce sens, deux chercheurs de l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon ont développé un simulateur permettant à chaque individu, en fonction de son âge, son état de santé ou encore sa profession, de découvrir précisément sa place dans la queue vaccinale, et donc la date à laquelle il peut espérer recevoir sa dose de vaccin.

Trois phases de vaccination en France

Voilà près d’un mois que la campagne de vaccination contre le Covid-19 est lancée en France. Si elle ne concernait en décembre dernier que les résidents et professionnels de santé à risque et âgé de plus de 65 ans des Ehpad, elle est désormais entrée dans sa phase 2, avancée de près de deux mois pour faire taire les critiques essuyées par le gouvernement sur la lenteur de son déroulement.

Depuis le 4 janvier dernier, sont donc concernées par cette campagne de vaccination près de 14 millions de personnes, « présentant un facteur de risque lié à l’âge ou une pathologie chronique » ainsi que « certains professionnels de santé ».

Les personnes « non-prioritaires » devraient quant à elles être sollicitées « dès la fin du printemps », même si les quelque 50 millions de personnes concernées seront là encore rangées en catégories prioritaires.

D’abord, « les personnes âgées de 50 à 64 ans, soit une partie importante de la population », a ainsi indiqué Olivier Véran mercredi 16 décembre 2020. Ensuite, « les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique » tels que les secteurs « de la sécurité, de l’éducation, de l’alimentaire », « les publics vulnérables et précaires, ainsi que les professionnels qui les prennent en charge, les personnes qui vivent dans des hébergements confinés ou des lieux clos ».

Viendra ensuite « le reste de la population majeure », a-t-il conclu.

« Les personnes veulent plus d’informations »

À ce calendrier d’étapes, il faut également ajouter l’épineuse question des zones géographiques concernées et les lieux disponibles au moment de chaque phase pour vacciner telle ou telle population.

En somme, si le calendrier présenté par Jean Castex et Olivier Véran est relativement clair, il n’en reste pas moins qu’il ne permet pas à chaque individu de savoir exactement à quelle date il pourra concrètement être vacciné.

Alors pour pallier cela, Salam Moubarak, chercheur à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, et son collègue Maciej Kowalski, ont décidé, comme ils l’ont confié à Actu Lyon, de développer un simulateur inspiré de celui créé en Angleterre par Steven Wooding, un physicien anglais, qui « a créé un algorithme permettant de déterminer quand les Britanniques pourront se faire vacciner ».

« C’est de l’intérêt général de la population de le savoir, et puis il y a la curiosité. Je pense que les personnes veulent plus d’informations, plus de transparence. » En somme, « nous facilitons et condensons l’information », ont-ils notamment expliqué.

Des données calculées en temps réel

Pour permettre donc à chaque Français d’avoir une idée plus précise de sa place « dans la queue vaccinale », sans pour autant prétendre être un support médical, Salam Moubarak et Maciej Kowalski se sont appuyés sur les chiffres de l’Insee, de la Haute autorité de la Santé, d’Ipsos, des déclarations du conseil scientifique, des déclarations du ministre de la Santé (citées plus haut) et de covidtracker.fr.

À l’aide de ces statistiques, les deux chercheurs ont ainsi pu développer leur algorithme capable d’estimer la date à laquelle chaque Français pourrait avoir accès au vaccin contre le Covid-19, en prenant en compte l’âge, le lieu de résidence, l’état de santé, mais aussi le temps estimé (à l’instant où vous réalisez la simulation) de la durée de la campagne vaccinale et le taux d’approbation au vaccin au sein de la population. Son nom : Calculateur de queue pour le vaccin en France

> Accédez au simulateur : Calculateur de queue pour le vaccin en France

Ainsi pour une jeune femme étudiante de 27 ans, en bonne santé, qui n’est pas enceinte et qui n’a pas été en contact à haut risque avec des personnes contaminées par le coronavirus, le simulateur indique qu’il y a entre « 20 804 000 et 30 604 000 personnes » devant elle dans la queue, au vendredi 22 janvier, pour recevoir un vaccin en France. En somme, cette jeune femme devrait attendre au moins jusqu’au 10/11/2021 et au plus tard jusqu’au 27/03/2022 pour recevoir son vaccin.

Dans le cas d’un médecin âgé de 50 ans en contact à haut risque avec des personnes portant le coronavirus, le délai diminue fortement, « entre 0 et 924 000 personnes » se trouvant devant lui dans la queue pour recevoir un vaccin en France, lui permettant de recevoir sa première dose de vaccin avant le 04/02/2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.