Ces sept aliments considérés comme étant les plus difficiles à digérer – Sputnik France

Ces sept aliments considérés comme étant les plus difficiles à digérer – Sputnik France

Il est possible d’éviter l’inconfort en consommant moins d’aliments connus pour être difficiles à digérer. La liste comprend notamment l’oignon, les produits épicés, les légumineuses et les aliments frits.

La dyspepsie, soit un ensemble de symptômes de douleurs ou de malaises épigastriques (région supérieure de l’abdomen), se manifeste souvent après le repas. Il est toutefois possible de l’éviter en réduisant la consommation de certains aliments difficiles à digérer, explique CNews.

Par exemple, il est déconseillé
de manger trop d’oignon, lequel contient beaucoup de fibres que l’estomac ne parvient pas toujours à digérer complètement. La part non digérée stagne alors dans l’estomac et les bactéries du tube digestif s’en occupent. Tout comme l’ail, c’est ainsi un aliment fermentescible et ce processus provoque des brûlures d’estomac
et des flatulences.

Les légumineuses, comme les lentilles, les fèves ou les pois chiches, bien que riches en protéines, fibres et vitamines, donc très conseillées, ne sont pas bien supportées par certains estomacs. Elles contiennent en effet beaucoup de fibres et de glucides, des substances complexes à décomposer. Elles sont fermentées dans le gros intestin où elles nourrissent les bactéries en créant pendant ce temps des gaz et donc des ballonnements.

En outre, les légumineuses contiennent de l’acide phytique présent dans l’enveloppe des graines, ce qui empêche une bonne absorption des nutriments et peut également provoquer un inconfort digestif. Il est possible d’y remédier en les faisant tremper dans de l’eau froide avant la cuisson et en changeant celle-ci à plusieurs reprises.

Les aliments frits à éviter

Les aliments gras et caloriques, en premier lieu ceux frits, nécessitent plus de temps pour être digérés et provoquent souvent une sensation de lourdeur. Ils peuvent aussi provoquer des crises de constipation.

Selon une étude américaine citée par CNews, les bonbons et les chewing-gums sont souvent riches en dioxyde de titane et rendent parfois la digestion difficile. En outre, en mâcher  signifie avaler de l’air, ce qui donne des flatulences. Les bonbons sans sucre peuvent en outre contenir des polyols hautement indigestes.

Le problème du lait

Le lactose contenu dans le lait de vache et de brebis et un peu moins dans celui de chèvre, est difficilement assimilé par de nombreux organismes. La mauvaise digestion de ce glucide peut être liée à un manque de lactase, un enzyme permettant la dissociation du lactose en deux types de sucre: glucose et galactose. Face à ce problème, il est préférable d’opter pour les fromages à pâte ferme et les yaourts fermentés, qui ne contiennent pas (ou peu) de lactose.

Bien que riches en vitamines, en fibres et en antioxydants, les crudités, si consommées en grande quantité, sont capables de provoquer des troubles de la digestion. Le tube digestif peut en effet être irrité par les fibres qu’elles contiennent. En outre, elles peuvent faire gonfler le ventre sous l’effet de la fermentation. La modération est ainsi prioritaire.

Les épices, surtout fortes comme le piment, peuvent quant à elles entraîner des irritations de la gorge, de l’œsophage et de l’estomac chez les organismes sensibles. Cependant, le poivre n’appartient pas à cette catégorie de ce point de vue: il facilite la digestion en stimulant la sécrétion de sucs gastriques, conclut CNews.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.