Cette fois, la pénurie de vaccin contre la grippe est avérée : « Les listes dattente débordent » – ladepeche.fr

Cette fois, la pénurie de vaccin contre la grippe est avérée : « Les listes dattente débordent » – ladepeche.fr

l’essentiel
Pressentie au mois d’octobre alors que la campagne de vaccination venait tout juste de démarrer, la pénurie de vaccins antigrippaux est aujourd’hui une réalité en France. Malgré le réapprovisionnement de novembre, toutes les personnes inscrites sur les listes d’attente n’ont pas pu se faire vacciner. Ne reste que le stock d’État…

« C’est bien beau d’annoncer qu’on va avoir un vaccin contre le coronavirus, mais il faudrait déjà qu’on puisse se vacciner contre la grippe. Comment voulez-vous qu’on y croie ? » Jean-Claude Ratinaud est désabusé. Cet octogénaire, habitant de Blagnac, se fait vacciner chaque année contre la grippe. Mais cette fois, il ne fait que patienter, inscrit sur la liste d’attente de sa pharmacie depuis des semaines sans avoir pu encore recevoir la précieuse injection. 

« Je ne les appelle pas tous les jours, mais quand même régulièrement, et ils me répondent toujours la même chose : ils attendent. » Ils attendent de recevoir de nouvelles doses qui n’ont pas encore été livrées dans toutes les officines de France, lors de ce fameux réapprovisionnement de novembre, deuxième vague de distribution de vaccins, après que la première a connu un succès fulgurant. Au mois d’octobre ainsi, 7,645 millions de patients fragiles se sont fait vacciner, contre 4,668 millions au mois d’octobre 2019.

« On a déjà tout écoulé »

Mais même là où les livraisons de vaccins ont pu être complétées en novembre, la pénurie est une réalité, comme le confirme Jean-Marie Guillermin, vice-président de l’ordre des pharmaciens d’Occitanie et propriétaire d’une officine dans le centre-ville toulousain. « Nous avons effectivement reçu le reste de nos commandes de vaccins en ce mois de novembre, mais notre liste d’attente était telle que nous les avons tous écoulés avec ces patients, et nous n’avons déjà plus, alors qu’on continue de recevoir des personnes en recherche de vaccins. »

Pour les satisfaire, il ne reste plus à Jean-Marie Guillermin qu’à attendre la livraison du stock constitué par l’État (estimé à 2,5 millions de doses), dont les modalités de distribution ne sont pas encore connues : « On nous annonce début décembre et on nous dit que toutes les pharmacies en recevront autant, ce qui devrait représenter une centaine de doses par officine, mais on ne sait pas encore vraiment comment tout ça va se passer, c’est un peu le flou artistique qui règne. »

L’État fautif ?

Et même avec cette centaine de doses promises, tout le monde ne pourra pas être servi, prévient le pharmacien. Si bien qu’il a arrêté de prendre des nouveaux noms sur sa liste d’attente. « Je ne me vois pas leur promettre un vaccin que je ne suis pas sûr de pouvoir leur délivrer. »

Face à cette pénurie qu’on ne peut désormais plus ignorer, Jean-Marie Guillermin reproche à l’État sa mauvaise organisation et son manque d’anticipation. « D’autres pays ont su passer leurs commandes beaucoup plus tôt, contrairement à nous qui les avons passées en août », dénonce le pharmacien. « Résultat : on ne peut qu’espérer maintenant que nous aurons bien à disposition des clients ces doses promises par l’État, et pas trop tard, car c’est en décembre qu’il faudra vacciner ceux qui ne l’ont pas encore été… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.