Combien y a-t-il de particules virales dans lorganisme dune personne infectée par le coronavirus ? – Futura

Combien y a-t-il de particules virales dans lorganisme dune personne infectée par le coronavirus ? – Futura

Vous êtes-vous déjà demandé combien de particules virales siégeaient dans le corps d’une personne infectée par le coronavirus ? Des scientifiques ont fait les comptes.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Covid-19 : des tests rapides et massifs pourraient «éradiquer l’épidémie» en six semaines
  Les modélisations mathématiques montrent qu’un dépistage de masse, même avec des tests moins fiables, est bien plus efficace pour contenir l’épidémie que des tests plus sensibles mais plus longs à délivrer des résultats. 

Des chercheurs israéliens et américains ont cherché à calculer le nombre de virions présents dans l’organisme d’une personne infectée par le coronavirus SARS-CoV-2. Évidemment, ils ne les ont pas comptés un par un mais, avec quelques calculs, ils ont pu obtenir une estimation fiable. Ils partagent leur résultat dans une publication pour le moment uniquement relayée par MedRxiv.

Le premier calcul s’intéresse au nombre total de particules virales présentes dans l’organisme, qu’elles soient viables ou non. Pour cela, ils ont utilisé des données publiées dans une étude qui estimait le nombre de copies d’ARN par gramme de tissu dans différents organes (poumons, trachée et bronches, amygdales et ganglions lymphatiques, système digestif) chez le macaque rhésus.

Jusqu’à cent milliards de virions dans le corps d’une personne infectée

Pour rapporter cela à l’être humain, ils ont multiplié par la masse de chaque organe. Par exemple : il y a entre 106 et 108 copies par gramme de poumon chez le macaque rhésus. Les poumons humains pèsent approximativement 1 kg, on a donc 109 et 1011 copies de l’ARN dans les poumons d’une personne infectée.

Ce chiffre comprend à la fois les particules virales infectieuses et celles qui ne le sont pas. Pour se rendre compte du nombre de particules virales effectivement infectieuses, les chercheurs ont effectué le même raisonnement mais en prenant en compte la TCID50 qui permet de déterminer le titre, ou la concentration, des virions infectieux. Dans les poumons des macaques rhésus, elle a été estimée à 102 à 104 par gramme de tissu. En multipliant à nouveau avec la masse des poumons humains, on obtient 105 à 107 particules virales infectieuses dans les poumons.

Les chercheurs ont également mis en avant une donnée plutôt étonnante : si l’on pesait l’ensemble des virions présents dans l’organisme d’une personne infectée, la balance afficherait entre 1 et 100 µg. Rapporté au nombre de personnes infectées dans le monde, le chiffre obtenu affiche entre 0,1 et 1 kilo de coronavirus !

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.