Comment se faire des câlins en temps de Covid ? – Franceinfo

Comment se faire des câlins en temps de Covid ? – Franceinfo
Un homme et une femme se font un câlin.
Un homme et une femme se font un câlin. (SIGRID OLSSON / MAXPPP)

Santé publique France l’a constaté dans son dernier point hebdomadaire : la santé mentale des Français s’est dégradée depuis fin septembre. Avec une augmentation de 11 points du nombre de Français qui se déclarent victimes de troubles dépressifs, selon l’enquête CoviPrev. Elle interroge chaque semaine un échantillon de Français sur leur état d’anxiété, de stress par rapport à l’épidémie, au confinement, à leur situation financière. Aujourd’hui, cette inquiétude augmente dans toutes les catégories et plus particulièrement chez les 18-34 ans. Dans le même temps, l’ensemble des personnes interrogées sont plus nombreuses : 56% à limiter leurs interactions sociales contre 25% lors de la dernière enquête fin octobre.  

Il n’y a pas que cela mais le manque de contact physique explique en partie des états dépressifs, une baisse de moral et de forme physique chez certains. La recherche a déjà montré à quel point le contact physique est important pour la santé mentale et le bien-être. Une étude américaine faite en 2016 auprès de 600 mères et leur nouveau-né avait montré comment le peau à peau, le fait de laisser le bébé en contact direct sur la peau de sa mère après l’accouchement, réduisait le stress pour les deux. Il faut dire qu’il y a une explication chimique à ce bien être : c’est la libération d’une hormone par le cerveau : l’ocytocine. Elle permet de faire baisser la pression sanguine et donc de déstresser. Un câlin déclenche aussi de la sérotonine, et c’est quand nous en manquons qu’apparaissent les sautes d’humeur, voire la dépression. Et le confinement, la peur du Covid-19 nous remplissent d’adrénaline, l’hormone qui nous excite, voire nous qui rend agressifs, alors que notre santé mentale a besoin d’un équilibre chimique avec les hormones du bien-être. 

Consciente que les contacts physiques au sein des familles sont très importants dans des pays comme l’Italie, l’Espagne, la France, deux chercheuses en virologie de l’université de Griffith en Australie, viennent d’écrire un article dans The Conversation où elles donnent six conseils pour limiter les risques : ne pas prendre dans ses bras quelqu’un qui a des symptômes, ou  des personnes vulnérables, âgées ou immunodéprimées,  le faire avec un masque en tournant la tête, pas joue contre joue, en retenant un peu son souffle. Enfin dernier conseil : il faut se laver les mains avant et après l’accolade. Un peu aseptisé le câlin, vous trouvez ?  C’est à ce prix que l’on peut se faire un petit shoot d’ocytocine et garder notre santé mentale ! 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.