Coronavirus : lInstitut Pasteur de Lille travaille sur un vaccin nasal – RTL.fr

Coronavirus : lInstitut Pasteur de Lille travaille sur un vaccin nasal – RTL.fr

La campagne de vaccination contre le coronavirus s’accélère en France depuis le début de semaine. Selon l’Institut Pasteur de Lille, un vaccin nasal pourrait voir le jour d’ici la fin de l’année 2021. Quels sont les avantages et inconvénients de ce futur vaccin ? 
 
Avec le vaccin nasal, il vous suffit de vous envoyer une pulvérisation dans le nez et vous êtes vacciné ! Faire plus pratique que le spray, objectivement, c’est difficile. Mais il y a un mais, car ce vaccin n’est pas prévu avant la fin de l’année si l’on en croit l’Institut Pasteur de Lille qui travaille activement sur ce projet. 

Le premier avantage, c’est que ce vaccin coûterait moins cher que les vaccins de Pfizer et de Moderna qui ont la vedette en ce début d’année. Et le second avantage c’est sa conservation qui serait plus facile. Une température de 4 degrés suffirait pour assurer sa stabilité alors qu’avec les 2 autres, on est en présence d’une molécule plus fragile qui nécessite une conservation à moins 70 degrés. 

Comment ce vaccin nasal est-il susceptible de fonctionner ?

Le spray permet de déposer dans le nez une sorte de virus inoffensif. Il est inoffensif parce que vous ne développez pas la maladie mais il a le mérite de déclencher une réponse du système immunitaire. La particularité de cette immunité, c’est qu’elle est locale. Tout se passe à un endroit stratégique, dans le nasopharynx. Le virus, qu’il pénètre dans l’organisme par le nez ou par la bouche, passe par cet endroit stratégique. Et c’est donc a priori là qu’on l’attend pour l’empêcher de se multiplier et accessoirement l’éliminer.

Ce type d’immunité porte-t-il un nom particulier ?

Avec ce type d’immunité on parle d’immunité mucosale. Concrètement, c’est au niveau des muqueuses nasales que sont fabriqués les anticorps qui attendent le virus sur le chemin qu’il est censé emprunter. On est donc dans une logique différente des vaccins habituels qui misent plutôt sur la fabrication d’anticorps sanguins.

Le vaccin nasal est-il une nouveauté ?

Les vaccins nasaux existent déjà. Ce type de vaccin existe déjà pour la grippe. Et ça pourrait aussi exister pour la coqueluche, une maladie qui cause une toux persistante, que les adultes transmettent facilement aux enfants, pour lesquels, les conséquences peuvent être très graves. Contre le germe de la coqueluche, les scientifiques de Pasteur ont donc testé cette technique vaccinale et ils ont conclu qu’elle était aussi efficace que sécurisée.

Un vaccin nasal contre le coronavirus disponible bientôt ?

À l’Institut Pasteur de Lille, on veut y croire et on travaille sur le sujet. Dans la guerre contre le coronavirus, Pfizer et Moderna ont sans aucun doute gagné une première bataille mais les Français de Pasteur ont encore leur mot à dire.

La rédaction vous recommande

 


Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.