Coronavirus : pourquoi les enfants et les adolescents ne seront pas vaccinés pour le moment – Midi Libre

Coronavirus : pourquoi les enfants et les adolescents ne seront pas vaccinés pour le moment – Midi Libre

Jugés moins à risque, les enfants et les adolescents ne seront pas inclus dans la campagne de vaccination qui va débuter dès janvier. 

Le gouvernement français lance une première campagne de vaccination d’ici quelques semaines dont les enfants et les adolescents seront exclus, à l’instar de ses voisins européens, en tout cas dans un premier temps. 

5 % des personnes contaminées en Europe ont moins de 18 ans

Il a été prouvé que « les enfants jeunes sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus », a déclaré en septembre dernier Olivier Véran, le ministre de la Santé. 

D’après Santé Publique France, ils ne représentent que 5 % des personnes contaminées en Europe et « sont moins susceptibles d’être hospitalisés ou d’avoir une issue fatale que les adultes ».

Les jeunes n’ont pas fait partie du panel des testeurs

De plus les jeunes n’ont pas été inclus dans le panel des testeurs par les différents laboratoires pharmaceutiques recherchant des vaccins. 

Une pratique courante, souligne le professeur Robert Cohen à France Info. « Il est d’usage, que ce soit pour un nouveau vaccin ou un nouveau médicament, de ne jamais commencer un essai clinique avec une population d’enfants ou d’adolescents, chez qui les conséquences du produit à long terme sont plus difficiles à évaluer. »

Pas certain que le vaccin fonctionne aussi bien chez l’enfant

Si un vaccin fonctionne chez l’adulte, pas certain qu’il fonctionne de la même manière chez l’enfant. 

« Il existe certains vaccins qui fonctionnent mieux chez les enfants que chez les adultes. Et il y a certains vaccins qui fonctionnent moins bien chez les enfants que chez les adultes. Ils doivent donc être spécifiquement étudiés dans la population pédiatrique », a précisé Sallie Permar, professeure de pédiatrie à National Public Radio. 

Et puis, pour pouvoir vacciner un mineur de moins de 18 ans, il faut une demande d’autorisation de mise sur le marché spécifique pour cette catégorie d’âge. « Comme elles n’ont pas été demandées par les labos, les premières autorisations vont exclure les mineurs ». 

Priorité aux résidents des Ehpad

Priorité est donnée aux résidents des Ephad ou d’un autre type d’hébergement collectif qui seront vaccinés lors d’une campagne en 5 phases, détaillée jeudi par Jean Castex. En effet, l’âge – cela a été prouvé à maintes reprises – représente le facteur de risque le plus important qui peuvent développer des formes graves de maladie. D’autant qu’elles ont plus souvent d’autres pathologies. 

Les personnels des Ehpad seront, du milieu médico-social, du transport sanitaire et des unités de soins de longue durée seront prioritaires. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.