Coronavirus : un nouveau médicament capable dempêcher les malades dinfecter dautres personnes – Midi Libre

Coronavirus : un nouveau médicament capable dempêcher les malades dinfecter dautres personnes – Midi Libre

Alors que les vaccins sont déjà sur le marché, des chercheurs tentent une nouvelle approche pour lutter contre le Covid-19 : empêcher le virus de se propager en bloquant sa transmission.

Le problème du coronavirus, c’est qu’il se transmet très facilement. Alors plutôt que de trouver un remède ou un vaccin, des chercheurs se sont concentrés sur une molécule capable d’empêcher sa propagation tout simplement.

Et si le coronavirus ne se transmet plus ou beaucoup moins, il n’y aura plus de cluster, plus d’épidémie et tout le monde pourra reprendre une vie à peu près normale.

Limiter l’épidémie en limitant l’infection

Ce pari un peu fou et pourtant parfaitement logique d’un point de vue scientifique a été relevé par une équipe de chercheurs de l’Institut des sciences biomédicales de l’Université américaine de l’État de Géorgie, qui travaille sur un antiviral, le Molnupiravir, dont le nom scientifique est MK-4482/EIDD-2801.

Le travail de ces chercheurs a fait l’objet d’une publication scientifique le 3 décembre dans la revue Nature Microbiology .

Un antiviral contre la grippe à la base

À l’origine, cet antiviral a été développé pour élaborer un traitement contre la grippe.

Mais les chercheurs ont découvert qu’en administrant cette molécule aux furets (qui possèdent les mêmes récepteurs que l’Homme, comme les visons), la transmission du virus était complètement supprimée dans les 24 heures. 

« Il s’agit de la première démonstration d’un médicament disponible par voie orale pour bloquer rapidement la transmission du coronavirus », s’est félicité le Dr Richard Plemper, coauteur de la publication, sur le site de l’université.

Avant d’ajouter : « Cette molécule pourrait changer la donne. »

Il n’aurait que des bénéfices

De plus le fait que le médicament est simple à administrer : sous forme d’un traitement à prendre par voie orale.

Ce qui permet au médicament d’être administré tôt et surtout d’inhiber la progression des patients vers une maladie grave, raccourcir la phase infectieuse pour soulager le bilan émotionnel et socio-économique de l’isolement et empêcher les clusters.

« Le médicament réduit la quantité de particules virales excrétées de plusieurs ordres de grandeur, réduisant considérablement la transmission », explique le codirecteur des recherches.

Aucun furet « contact » infecté

Les chercheurs ont infecté des furets avec le Covid, puis les ont traités avant de les placer dans la même cage que d’autres furets.  

Résultat : « Aucun des contacts n’a été infecté », a déclaré Josef Wolf, un le doctorant, coauteur principal de l’étude. 

En revanche, tous les furets qui avaient reçu un placebo ont infecté leurs congénères.  

Si ces données basées sur le furet se traduisent chez l’homme, les patients COVID-19 traités avec le médicament pourraient devenir non infectieux dans les 24 heures suivant le début du traitement.

Toujours en essai, disponible en mai 2021

Le médicament est actuellement en essais cliniques. Durant ces essais, il est testé sur des patients atteints du Covid-19 pendant cinq jours et à trois doses différentes toutes les 12 heures.

Les résultats de ces tests cliniques ne devraient pas être disponibles avant le mois de mai de l’an prochain. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.