Coronavirus : un traitement durgence pour permettre une immunité « immédiate » à létude – ladepeche.fr

Coronavirus : un traitement durgence pour permettre une immunité « immédiate » à létude – ladepeche.fr

l’essentiel
Des chercheurs britanniques étudient un traitement à base d’anticorps qui permettrait, une fois injecté, d’assurer une immunité instantanée au patient s’il a déjà été exposé au virus. Un traitement qui pourrait servir de complément au vaccin.

Des scientifiques britanniques des University College London Hospitals (UCLH) expérimentent un nouveau traitement, à base de cocktail d’anticorps, qui permettrait aux personnes qui ont été exposées au coronavirus de développer une immunité immédiate, relate un article du Guardian, repéré par nos confrères de L’Indépendant.

Ce traitement, actuellement en phase 3 des essais et jusqu’ici injecté en deux fois à une dizaine de volontaires, serait efficace de six à douze mois et pourrait être disponible dès mars ou avril 2021, sous réserve d’être approuvé par les autorités de régulation, selon les chercheurs.

Cette étude, baptisée « Storm Chaser », est menée par les UCLH et AstraZeneca – qui développe par ailleurs un vaccin anti-Covid avec l’université d’Oxford. Le principe : si une personne a été exposée au virus, dans son foyer par exemple, au cours des huit derniers jours et qu’elle n’a pas été pas vaccinée, ce traitement d’urgence qui comprend un anticorps artificiel « AZD7442 » permettrait d’empêcher le virus de « s’attacher » aux cellules du patient.

« Un nouvel outil prometteur »

« Si nous parvenons à prouver que ce traitement fonctionne et empêche le développement du Covid-19 chez les personnes qui sont exposées au virus, il s’agirait d’un nouvel outil prometteur qui s’ajouterait à l’arsenal d’armes en cours de développement pour combattre ce terrible virus », a commenté Catherine Houlihan, virologue qui dirige l’étude.

Un autre pendant de l’étude, nommé « Provent », également en phase 3, vise particulièrement les personnes immunodépressives, porteuses de cancers ou du virus du sida, par exemple, pour lesquelles le vaccin risquerait de s’avérer inefficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.