Covid-19 : au Mans, un libraire a ouvert malgré le confinement – Le Monde

Covid-19 : au Mans, un libraire a ouvert malgré le confinement – Le Monde
Samuel Chauveau (à gauche), patron de la librairie spécialisée Bulle, avait convié la presse, en compagnie de six autres libraires indépendants du Mans (Sarthe), le vendredi 30 octobre 2020.

En ce matin du vendredi 30 octobre, dans la cour de sa librairie Bulle, spécialisée en bande dessinée, Samuel Chauveau est entouré d’autres libraires indépendants du Mans et de clients. Piqué au vif par l’ouverture des magasins du groupe Fnac Darty pendant le confinement, le commerçant a improvisé un coup de force pour dénoncer ce que lui et ses confrères considèrent comme une inégalité de traitement. Lui-même ouvrira donc sa boutique jusqu’à ce qu’on vienne l’en empêcher : « Je ne sais pas ce que je risque, je n’y ai pas réfléchi. Mais tant pis, j’irai jusqu’au bout. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Reconfinement : les librairies n’échappent pas à la fermeture

« Lors du premier confinement, nous étions fermés et, déjà, la grande distribution pouvait vendre des livres, rappelle Samuel Chauveau. Mais là, pour le second confinement, coup de théâtre, les Fnac ouvrent aussi. Là, c’est trop ! Nous sommes d’accord pour que les librairies soient fermées, mais il faut que cela s’applique à tout le monde. Certes, on peut faire du click-and-collect, youpi ! Mais, pendant ce temps, en plein centre-ville, notre principal concurrent va ouvrir et vendre sans problème. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le livre est un refuge » : en librairie, le sursaut des ventes et la solidarité des clients

« On peut vendre des livres partout, sauf dans les librairies ! »

« Il faut se battre, approuve Marie-Adélaïde Dumont, responsable de la librairie généraliste Doucet, qui va fonctionner partiellement. Je vais rester ouverte, parce que nous vendons la presse, qui est un produit de première nécessité. Les clients ne pourront pas déambuler dans les rayons mais tous les livres seront à disposition. Nous irons leur chercher. »

Les autres libraires manceaux sont autant catastrophés par la situation et soutiennent l’action de Samuel Chauveau, même s’ils n’osent pas encore l’imiter. « Je suis très fâché, s’emporte Bruno de Chasteigner, de la librairie Siloë. On peut vendre des livres partout, sauf dans les librairies ! Il y a un problème. Or, novembre et décembre, ce sont les plus gros mois pour nous. »

Lire aussi Librairies fermées par le confinement : report du prix Goncourt par « solidarité »

Inquiets pour leur avenir, les libraires peuvent se rassurer en constatant que leur clientèle les soutient. Ce vendredi matin, quelques dizaines de lecteurs sarthois avaient ainsi répondu à l’appel de Samuel Chauveau lancé sur les réseaux sociaux. Jackie et Christiane ont fait plusieurs kilomètres pour soutenir le commerçant en achetant deux BD. « Je suis hors-la-loi, mais tant pis si je me fais arrêter », souffle-t-elle.

« Nous avons déjà perdu gros »

A l’autre bout de la rue, la Fnac mancelle est effectivement ouverte. Le responsable de l’enseigne n’est pas autorisé à commenter la situation. Contacté, le service communication de Fnac Darty dit « comprendre la colère des libraires indépendants ». « Nous aimerions que tous les libraires soient ouverts », ajoute-t-on.

Il vous reste 25.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.