Covid-19 : enfin une méthode pour comparer la circulation du virus dun pays à lautre – Les Échos

Covid-19 : enfin une méthode pour comparer la circulation du virus dun pays à lautre – Les Échos

Publié le 5 nov. 2020 à 12:00Mis à jour le 5 nov. 2020 à 13:19

Afin d’orienter au mieux leurs stratégies de contrôle de l’épidémie de Covid-19, les gouvernements ont besoin de pouvoir comparer la circulation réelle du coronavirus d’un pays à l’autre. La meilleure manière de la connaître consiste à réaliser une étude dite de séroprévalence, visant à estimer (au moyen des tests sérologiques) la proportion d’une population ayant développé des anticorps suite à une infection.

Mais de telles études de séroprévalence ne sont pas toujours disponibles. A défaut, certains infèrent la prévalence du virus dans un pays à partir du nombre total de décès par Covid comptabilisés dans ce pays depuis le début de l’épidémie.

Or, cet indicateur a toutes les chances de donner une vision trompeuse du niveau réel de transmission du Sars-Cov-2, en raison d’un important biais statistique. C’est ce que vient de mettre en évidence une étude menée par l’université de Cambridge, l’Institut Pasteur et le CNRS, qui ont croisé les données Covid-19 sur les décès par âge dans 45 pays avec 22 enquêtes de séroprévalence réalisées à l’échelle nationale dans 16 de ces pays. Publiée le 3 novembre dans « Nature » , l’étude propose une méthode de comptage alternative permettant aux pouvoirs publics de statuer sur la base de données bien plus fidèles à la réalité.

La problématique des Ehpad

« Le nombre total de décès par Covid ne constitue pas un indicateur fiable parce que, chez les populations âgées (les 65 ans et plus), on observe de très fortes disparités d’un pays à l’autre », explique Simon Cauchemez, responsable de l’unité de Modélisation mathématique des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur et co-auteur principal de l’étude. Pourquoi le virus aurait-il fait des ravages parmi les personnes âgées dans des pays comme le Royaume-Uni, le Canada ou la Suède – où les résidents des maisons de retraite représentent 20 % du total des décès – alors qu’il paraît, du moins selon les statistiques officielles, avoir beaucoup moins touché ces mêmes populations dans certains pays d’Asie ou d’Amérique du Sud ?

L’étude met en avant deux explications à ces hétérogénéités suspectes. L’une a trait à la problématique des Ehpad et autres structures d’accueil des plus âgés, dont les résidents sont particulièrement vulnérables au virus (plus que les personnes du même âge restées chez elles) : tous les pays n’ont pas la même proportion de personnes âgées en maisons de retraite, et tous n’ont pas soumis ces structures aux mêmes mesures de protection. La seconde raison concerne de probables sous-déclarations dans certains pays : moins on cherche activement la cause du décès d’une personne âgée, plus elle a de chances d’échapper au radar.

Taux de létalité très variables

L’étude, toutefois, offre un moyen pour se sortir de ce brouillard statistique. Si les disparités concernant les plus de 65 ans font du nombre total de décès un mauvais indicateur, chez les moins de 65 ans, en revanche, les profils de mortalité par tranche d’âge sont très similaires d’un pays à l’autre. Forts de cette grande homogénéité, les auteurs de l’étude ont montré comment il était possible de reconstruire, même en l’absence de toute étude de séroprévalence, la prévalence réelle du virus à partir des seules données sur la mortalité des moins de 65 ans.

Le taux de létalité par tranche d'âge

Le taux de létalité par tranche d’âge

Ce travail de reconstruction statistique montre que, dans l’ensemble des 45 pays, le taux réel d’infection au Covid-19 était en moyenne, au 1er septembre 2020, de 5 %. Si la France est proche de cette moyenne, avec un taux de 4 %, certains pays d’Amérique latine s’en écartent très largement : il atteint par exemple 67 % au Pérou !

Une autre information précieuse déduite de la méthode de comptage proposée par l’étude de « Nature » concerne le taux de létalité (ratio du nombre de décès sur le nombre de contaminés), que ce soit par tranche d’âge (voir l’infographie) ou par pays ou régions. Bien qu’il s’agisse partout du même virus, tous les points du globe ne sont pas égaux face au Covid : les estimations du taux de létalité sont de 0,2 à 0,3 % dans des pays comme la Slovénie ou le Danemark, alors qu’elles atteignent 1,5 % en Angleterre, et jusqu’à 2,3 % dans la ville de New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.