Covid-19 et vacances de Noël : trois scénarios pour une troisième vague redoutée – Le Parisien

Covid-19 et vacances de Noël : trois scénarios pour une troisième vague redoutée – Le Parisien

« Nous devons tout faire pour éviter une troisième vague, tout faire pour éviter un troisième confinement », avait déclaré le président de la République, lors de son allocution du 24 novembre dernier.

Ce scénario est loin d’être impossible, vu le regain de circulation de l’épidémie dans le monde et en Europe en particulier. Une troisième flambée des contaminations est déjà en cours aux Etats-Unis, en Corée du Sud, au Japon…

Les autorités ont donné un nouveau rendez-vous : le 20 janvier 2021. Une fois les fêtes de fin d’année passées, le recul sur l’état de l’épidémie sera alors suffisant pour juger des suites à donner aux restrictions en cours. « Si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5000 cas par jour, les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir et le couvre-feu pourra être décalé », a déclaré le président.

Où en serons-nous le 20 janvier? Les contaminations resteront-elles sous la barre des 5000 cas dépistés par jour? Nul ne le sait. L’attitude de la population d’ici là, en particulier à Noël et au nouvel an, sera déterminante.

Les yeux rivés sur une lettre : le R

La lettre « R », en majuscule, est entrée dans notre lexique quotidien au fil des discours d’experts qui ont rythmé l’évolution de l’épidémie de Covid-19. Derrière leur jargon, se cache une idée simple : le niveau de reproduction du virus dans la population. « Vous avez une voiture dans une pente, plus vous freinez, plus vous diminuez la vitesse », illustre Pascal Crépey, enseignant chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’Ecole de Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP).

Si ce principe d’accélération ne tient qu’en une lettre, son mode de calcul fait encore débat. Regarder les contaminations d’une semaine à l’autre ? Si l’échantillon de population est important, il peut être biaisé par l’intensité de la politique de dépistage, mais aussi par la masse de personnes asymptomatiques. L’analyse de la fréquentation hospitalière, bien que moindre en volume, apparaît comme un outil « valable » selon Pascal Crépey.

Le spécialiste de biostatistique ne se hasarde pas en projections. Il nous a cependant aidés à esquisser trois scénarios, logiques, basés sur la reproduction à venir du virus. De quoi jauger ses conséquences sur la propagation de l’épidémie.

Le scénario optimiste : pas de reprise de l’épidémie pendant les fêtes de fin d’année

« Tant que le R reste en dessous de 1, l’épidémie décroît. Il faut tout faire pour éviter que l’épidémie accélère de nouveau » explique le chercheur. « Au pic de la seconde vague, le 23 octobre, le R avait atteint 1,47 », rappelle-t-il.

Interrogé sur l’attitude de la population d’ici au 20 janvier, Pascal Crépey s’arrête naturellement sur les fêtes de fin d’année. « Si les contaminations sont ponctuelles le 25 décembre et le 1er janvier, qu’on se regroupe qu’à 5 ou 6 adultes et qu’on se sépare directement après le dîner, ça ira » rassure-t-il. « Si le Covid-19 faisait instantanément changer les gens de couleur, on verrait dès le deuxième jour d’un confinement que le R chute. Le problème reste le grand groupe d’adultes qui se rassemble pendant cinq à dix jours au même endroit sans respecter les gestes barrière », explique encore l’épidémiologue.

Covid-19 et vacances de Noël : trois scénarios pour une troisième vague redoutée

En bref, si la population reste prudente jusqu’aux vacances, qu’elle se déplace pour les fêtes de fin d’année, se retrouve à un nombre limité et qu’elle se sépare rapidement, le regain de l’épidémie semble peu probable.

Le scénario raisonnable : l’épidémie maîtrisable

L’idée d’un respect total des règles, pour l’ensemble de la population sur tout le territoire, semble très optimiste. « On n’empêchera pas totalement au virus de circuler, concède Pascal Crépey. L’important c’est qu’il ne circule pas assez pour que le R redevienne supérieur à 1, pour que l’épidémie reprenne de plus belle. »

Ainsi si la relative détente des mesures de restriction est respectée, et que le R n’augmente que légèrement, tout en sous la barre de 1, jusqu’aux congés de fin d’année, la première manche sera gagnée. Restent les fêtes.

Covid-19 et vacances de Noël : trois scénarios pour une troisième vague redoutée

« Même si le R repasse au-dessus de 1, lors de ces repas seulement, et que les groupes se séparent rapidement, le R de la semaine ne devrait pas exploser. Il faut rappeler que pendant les vacances, une grande partie de la population ne se rend plus sur son lieu de travail, les plus jeunes ne vont plus à l’école… ces effets ont une influence positive », modère Pascal Crépey.

Une hausse modérée du R d’ici à Noël, plus importante pendant les vacances, puis modérée en janvier, devrait tout de même nous permettre de rester sous la barre des 5000 contaminations par jour, toujours selon nos estimations.

Le scénario catastrophe : la nouvelle flambée de l’épidémie

L’histoire ne se finit pas bien. Emmanuel Macron prend la parole le 20 janvier. Il annonce le maintien des mesures de restriction et en annonce de nouvelles. Le scénario n’est pas improbable.

Les Français profitent de la détente pour se rendre dans de nombreux magasins, réorganisent de grands repas, les enfants sont encore à l’école. Pendant les vacances, ils restent plusieurs jours à plus d’une dizaine d’adultes… Un hiver qui ressemble à notre été 2020, le froid en plus, beaucoup restent à l’intérieur, sans respecter les gestes barrière.

Ainsi, logiquement, la montée croissante du R à la veille des congés, son dépassement de 1,2 à 1,3 suffirait à relancer l’épidémie.

Covid-19 et vacances de Noël : trois scénarios pour une troisième vague redoutée

Outre l’objectif du 20 janvier et une éventuelle levée des restrictions, ces estimations ne disent rien des mois qui suivront. A ce titre, l’arrivée d’un vaccin représente un réel espoir. Il faut espérer qu’ils soient au rendez-vous d’une nouvelle vague de contaminations. De quoi éviter une nouvelle spirale de restrictions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.