Covid-19 : le vaccin développé trop vite ? « Les phases ont été respectées » assure un infectiologue – ladepeche.fr

Covid-19 : le vaccin développé trop vite ? « Les phases ont été respectées » assure un infectiologue – ladepeche.fr

l’essentiel
La rapidité du lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19 peut surprendre voire même parfois inquiéter. Les vaccins ont-ils été développés trop rapidement avant leur mise sur le marché ? Éléments de réponse.

C’est début janvier 2021 que les premiers vaccins contre le Covid-19 seront disponibles. Les pensionnaires des Ehpad et le personnel seront les premiers vaccinés en France sur la base du volontariat, selon les recommandations de la Haute autorité de santé. Moins d’un an après l’arrivée du virus en Europe, un vaccin pourra donc être administré. Une rapidité qui peut surprendre et parfois même rendre méfiant. 

Un vaccin mis au point rapidement

Alors ce vaccin va-t-il être mis trop rapidement sur le marché ? « Il y a eu beaucoup d’argent mobilisé par plusieurs laboratoires, beaucoup de motivation mais toutes les études ont été faites », explique l’épidémiologiste Martin Blachier. Les différentes phases d’un vaccin ont été respectées. « Il n’y a pas de raisons objectives de s’inquiéter ». Il y a dix jours, des scientifiques ont néanmoins fait part de leurs craintes de voir un vaccin mis très rapidement sur le marché comme le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière à Paris Eric Caumes ou l’épidémiologiste Catherine Hill.

A lire aussi :
Coronavirus : « On n’a pas assez de données sur la sécurité des vaccins », alertent des scientifiques

Pas d’effets secondaires inconnus

Les deux premiers vaccins disponibles, produits par les laboratoires Pfizer/BioNtech et Moderna, ont dépassé la phase 3 qui étudie l’efficacité et la tolérance sur plusieurs milliers de personnes. « Sur 70 000 personnes testées, il n’y a pas eu un seul effet secondaire à part les effets classiques d’un vaccin, des rougeurs autour du point d’injection, un peu de fièvre, de fatigue, ce qu’on appelle les réactions réactogènes », explique le Dr Blachier. « Si un éventuel effet secondaire apparaissait, il concernerait donc moins d’une personne sur 70 000 ». Et l’épidémiologiste de rappeler : « Dans tous les vaccins qui existent, on n’a jamais eu de maladie qui se sont révélée longtemps après, plus de six mois après l’injection ».

A lire aussi :
Vaccination contre le Covid-19 : calendrier, priorités… cinq questions sur la stratégie du gouvernement

Un nouveau type de vaccin

Le vaccin utilisé contre le Covid-19, de type ARN (acide ribonucléique), est totalement nouveau et c’est ce qui peut susciter des craintes. « Le vaccin va consister à injecter de l’ARN. C’est un petit bout de matériel dérivé du code génétique pour créer des protéines. C’est un matériel génétique viral ». Là encore, Martin Blachier se veut rassurant : « Il ne peut pas rentrer dans notre patrimoine génétique. C’est un matériel qui se dégradera très vite dans notre corps ». Deux injections seront nécessaires.

Récemment, les laboratoires ont multiplié les effets d’annonces sur l’efficacité de leurs prochains vaccins. Pfizer et Moderna ont avancé le chiffre de 95 % de taux d’efficacité. « C’est du jamais vu pour un vaccin », commente Martin Blachier. Le taux d’efficacité du vaccin AstraZenecca, qui sera un vaccin classique, est situé en deçà, à 70 % environ. Le projet de vaccin français, développé par Sanofi, est lui encore à la phase 2 des essais cliniques.

A lire aussi :
Covid-19 : Emmanuel Macron envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »

Aux Etats-Unis, l’organisme régulateur, la Food and drug administration (FDA), a prévu de communiquer le 17 décembre. De son côté, l’Agence européenne du médicament (EMA) doit se réunir le 29 décembre pour donner son feu vert ou non à la commercialisation des vaccins.

Quel calendrier vaccinal ?

Jean Castex et Olivier Véran vont détailler la campagne de vaccination lors d’une conférence de presse ce jeudi soir. La Haute autorité de santé a recommandé de vacciner les personnes âgées résidant en Ehpad « à l’arrivée des toutes premières doses » de vaccin, estimée à janvier 2021. 75 000 personnes vivent actuellement dans un Ehpad en France. Le personnel de ces établissements fera aussi partie des Français prioritaires.

Dans un second temps, à partir d’avril 2021, les personnes âgées de plus de 75 ans, mais aussi les 65-74 ans avec des comorbidités et les professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire de plus de 50 ans avec un facteur de risque pourront avoir accès au vaccin. La troisième phase sera réservée aux plus de 50 ans avec des comorbidités et à l’ensemble des soignants. En phase 4, la vaccination concernera les métiers les plus exposés et les personnes précaires. La dernière phase concernera tous les Français âgés de plus de 18 ans.

Le vaccin contre le Covid-19 ne sera pas obligatoire.


Les Français et le vaccin

59 % des Français n’ont pas l’intention de se faie vacciner contre le Covid-19, indiquait un sondage Ifop/JDD paru dimanche dernier. Une semaine auparavant, six Français sur dix se disaient partants pour se faire vacciner, d’après une enquête BVA pour Europe 1, publiée le 23 novembre. « Il y a des craintes liées aux conditions de conception du vaccin, et notamment au fait que le vaccin ait été établi dans un délai record. Ils sont sept sur dix à nous dire, qu’il a été conçu trop rapidement », a expliqué à nos confrères la directrice de BVA Adélaïde Zulfikarpasic. Une des principales craintes des personnes interrogées est de subir de possibles effets secondaires. Les plus jeunes sont les moins enclins à se faire vacciner, les plus de 65 ans y sont favorables en majorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.