Covid-19 : «Mon bébé de 11 mois la attrapé» – Le Parisien

Covid-19 : «Mon bébé de 11 mois la attrapé» – Le Parisien

« Ce n’est pas moi qui ai ramené le virus à la maison », prévient d’emblée Alizée, 31 ans. Cette maman, infirmière à l’hôpital de Tours (Indre-et-Loire) avait plus de risque de contaminer son bébé que n’importe qui. C’est pourtant chez sa nounou que Tyméo, son petit garçon de 11 mois a attrapé le Covid-19. Aujourd’hui, s’il va bien après plusieurs jours de fièvre, Alizée tient à témoigner pour qu’on parle un peu plus des enfants, touchés par l’infection. Car si le sujet des élèves en primaire et aux collègues est très discuté avec le maintien des écoles ouvertes à l’heure du confinement, ce n’est pas le cas des nourrissons. « On ne le dit pas beaucoup mais les bébés aussi peuvent l’attraper », dit-elle.

Il y a une semaine, Alizée reçoit un coup de téléphone de sa nourrice, lui indiquant que son fils venait d’être testé positif ! Elle-même commence à perdre le goût, l’odorat, à se sentir fatiguée. Bien sûr, l’infirmière ne lui en veut pas et d’ailleurs ne s’inquiète pas plus ça. « Je me suis dit que si Tyméo l’avait, il n’aurait pas de symptômes », lâche Alizée, habituée à prendre en charge les patients du Covid-19. Mais 48 heures après, son petit garçon a le front chaud. Sa température indique 38, 3 °C. Malgré du Doliprane, quelques heures plus tard, elle grimpe à 39,4°. C’est mauvais signe.

Malgré ses yeux larmoyants, Tyméo ne déroge pas à ses habitudes, il continue de sourire comme toujours ce qui n’empêche pas Alizée d’appeler aussitôt SOS Médecin. Pas de rendez-vous possible, lui répond-on et de toute façon, il est trop petit pour être testé. La maman file alors aux urgences pédiatriques de Tours où Tyméo est aussitôt isolé. « C’était le seul enfant que l’on entendait rire dans un box », se souvient-elle, pourtant anxieuse. Là encore, le médecin se montre sceptique face au dépistage. « C’est un geste un peu invasif pour les petits », en convient Alizée. Contrairement aux adultes à qui l’on introduit un gros coton-tige dans le nez, le test chez les bébés est réalisé avec une sonde nasale, branchée à un aspirateur mural. « Il n’était pas très content », raconte-t-elle.

Combien de parents passent à côté du diagnostic de leurs enfants ?

Le lendemain, les soignants la rappellent, Tyméo est bien positif au Covid. « Ils m’ont dit que ce n’était pas fréquent mais est-ce que c’est vraiment le cas ou est-ce que c’est parce qu’on les teste peu ? » s’interroge l’infirmière. Désormais, elle doit surveiller l’état de son fils. S’il a la fièvre pendant plus de cinq jours ou que d’autres symptômes s’ajoutent comme une perte d’appétit ou des marbrures, des traces violacées sur le corps, Tyméo devra revenir à l’hôpital. Alors Alizée prend sa température trois fois dans la journée, une fois la nuit alors que le petit garçon enchaîne trois jours de suite fièvre et hypothermie. « J’avais peur qu’il fasse une détresse respiratoire. » Enfin, son état s’améliore le 27 octobre.

Covid-19 : «Mon bébé de 11 mois l’a attrapé»

Depuis Tyméo a repris ses habitudes prenant l’air dans le grand jardin de la maison, assis dans sa poussette et c’est maintenant Alizée, testée positive, qui commence à avoir mal à la tête et à la nuque. Aujourd’hui, la maman se demande combien de parents passent à côté du diagnostic de leurs enfants. « Globalement, c’est vrai qu’on teste moins les petits que les adultes lorsqu’ils ont des symptômes bénins comme de la toux, le nez qui coule sinon on devrait les dépister toutes les semaines », réagit Robert Cohen, vice-président de la Société française de pédiatrie. Mais tous les enfants qui arrivent aujourd’hui à l’hôpital, qu’ils aient une appendicite ou même une entorse de la cheville, sont systématiquement testés pour savoir s’ils sont positifs au Covid. « Cela permet de savoir si on les met en chambre simple ou double s’ils sont contagieux », réagit le médecin.

Moins de 1 % des hospitalisations

Ce que l’on sait, c’est que le risque d’être infecté est divisé par deux à trois chez les nourrissons et les enfants comparés aux adultes. Il est néanmoins un peu plus élevé chez les moins de trois mois en raison du contact très rapproché avec les parents lorsqu’ils sont contaminés. « Ce n’est pas parce qu’une mère est infectée que cela doit justifier de la séparer de son enfant, prévient Elsa Kermorvant, professeure en néonatologie à l’hôpital Necker, à Paris. Bien au contraire, le bénéfice de rester auprès de son nourrisson est bien plus élevé que le risque de transmettre le Covid, d’ailleurs ils font des formes peu sévères ».

Covid-19 : «Mon bébé de 11 mois l’a attrapé»

La professeure recommande aux mères, qui ont été contaminées après l’accouchement, de porter un masque même durant l’allaitement et la nuit, de mettre le berceau à deux mètres. Durant la première vague, une étude menée par les infectiologues pédiatres dans 50 à 60 % des hôpitaux de France, a montré que 450 enfants de moins de 15 ans y avaient été admis dont un tiers de nourrissons. « Cela représente moins de 1 % des hospitalisations totales, précise Robert Cohen. A ma connaissance, il n’y a pas eu de décès liés directement au Covid, chez les moins de 1 an en France. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.