Covid-19 : une piste génétique prometteuse pour lutter contre les formes graves – Futura

Covid-19 : une piste génétique prometteuse pour lutter contre les formes graves – Futura

Plusieurs pistes génétiques sont en cours d’exploration pour tenter d’expliquer les formes graves de Covid-19 et ainsi comprendre comment le SRAS-CoV-2 interagit avec le système immunitaire. Cela permettrait de mieux cerner la maladie, d’identifier les personnes à plus haut risque et à minimiser son impact. Deux protéines semblent intéresser particulièrement les chercheurs. 

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Barbara McClintock, pionnière de la génétique
  Pionnière de la génétique, l’Américaine Barbara McClintock a multiplié les découvertes entre la fin des années 1920 et les années 1950 : le rôle des chromosomes dans l’hérédité, le « crossing-over », les gènes sauteurs, la régulation des gènes, l’épigénétique… En avance sur leur temps, ses travaux ont été rejetés… puis tous confirmés. Récompensée in extremis par un Nobel en 1983, elle fut de son vivant pleinement reconnue comme une des plus grandes biologistes. Mais si tardivement… 

Des chercheurs ont assuré vendredi avoir identifié des particularités génétiques qui pourraient expliquer pourquoi certains patients font une forme grave de Covid-19, ce qui pourrait selon eux aboutir à mieux cibler les traitements. « La beauté de la génétique, c’est qu’elle peut prévoir les effets d’un médicament. Ce qui est vraiment excitant avec cette étude, c’est que nous avons identifié des gènes qui sont directement pertinents d’un point de vue thérapeutique, ce qui peut nous conduire à des traitements », a espéré l’auteur principal de cette étude publiée dans la revue médicale Nature, Kenneth Baillie (université d’Edimbourg).

Pour tenter de déterminer pourquoi certains patients souffrent d’une forme grave de la maladie et pas d’autres, les chercheurs ont analysé le génome de plus de 2.000 Britanniques sévèrement atteints. En le comparant avec celui d’autres personnes, ils ont identifié huit séquences génétiques communes aux malades graves de la Covid-19. Ils ont déterminé que ces séquences jouaient un rôle dans la réponse inflammatoire que l’organisme produit pour combattre des agents pathogènes comme le nouveau coronavirus.

Le rôle de la protéine TYK2 

En poussant plus loin, ils ont isolé deux gènes en particulier, appelés TYK2 et CCR2, dont le rôle est d’encoder des protéines impliquées dans la réponse inflammatoire de l’organisme. Théoriquement, agir sur ces substances pourrait donc permettre de diminuer la gravité de la maladie.

« Nous avons montré que les gens qui produisent davantage la protéine TYK2 sont plus à risque pour la Covid. Or, il existe un médicament sur le marché qui l’inhibe », a assuré Kenneth Baillie lors d’une conférence de presse en ligne. Le groupe de médicaments qui limite l’action de la protéine TYK2, appelés les inhibiteurs des Janus kinases (JAK), sont notamment utilisés contre la polyarthrite rhumatoïde, une maladie inflammatoire.

En outre, selon Kenneth Baillie, des essais sont en cours sur un traitement par anticorps de synthèse qui combat l’action de la protéine CCR2. Selon lui et ses collèges, il est urgent de tester ces médicaments sur des patients gravement atteints par la Covid-19.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.