Covid-19 : Vaccin, analyse bénéfice/risque affectée par les effets secondaires qui arrivent – France Soir

Covid-19 : Vaccin, analyse bénéfice/risque affectée par les effets secondaires qui arrivent – France Soir

Dans le cadre du suivi des effets secondaires de la campagne de vaccination contre la Covid-19, le DailyMail.com rapporte que le médecin obstétricien de Miami Gregory Michael 56 ans  est décédé suites d’une réaction catastrophique présumée au vaccin Pfizer Covid-19.

Alors que la campagne de vaccination prend forme en France et que le gouvernement essaie d’accélérer les efforts, les reportages d’effets secondaires fleurissent. La Suisse a décidé d’attendre d’avoir suffisamment de données sur les effets secondaires, d’autres pays approuvent l’ivermectine (Macédoine du Nord) comme traitement en phase précoce.

Le Professeur Peter McCullough a publié une étude qui reprend quatre piliers de la réponse sanitaire à une épidémie virale : le contrôle de la contagion par diverses mesures comme les gestes barrières, le traitement en phase précoce, les soins à l’hôpital et le vaccin ou l’immunité de groupe.

L’analyse du bénéfice risque de chaque décisions/soins doit se faire dans son pilier de référence et en perspective par rapport aux autres piliers.  Les autorités sanitaires françaises s’évertuent à déclarer qu’il n’y a pas de traitement en phase précoce alors que de multiples études prouvent le contraire. Le conseil d’état italien a même réhabilité l’hydroxychloroquine comme traitement donnant ainsi raison à la demande de 150 médecins dont le rapport scientifique complet a été établi par des médecins et scientifiques renommés sans lien d’intérêt.  La cour de Rome a aussi jugé que les décisions de contrôle des populations étaient illégales et anticonstitutionnelles.

Le vaccin ou thérapie génique rentre dans le quatrième piller et son efficacité n’est pas établie, pas plus que ces effets secondaires.  La vaccination à grande échelle a commencé dans plusieurs pays et c’est le décès du médecin Grégory Michael, après les autres effets notoires constatés, qui est évoqué ci-après

 

Dans un reportage exclusif, l’épouse, d’un médecin de Miami de 56 ans, décédé d’une maladie sanguine 16 jours après avoir reçu le vaccin Pfizer Covid-19 alors qu’il était en parfaite santé, déclare qu’elle est certaine que sa mort a été déclenchée par le vaccin.  La société Pfizer enquêterait sur ce premier décès avec un lien présumé avec le vaccin.

Heidi Neckelmann dit que son mari était en parfaite santé jusqu’à ce qu’il reçoive le vaccin le 18 décembre au Mount Sinai Medical Center.

Il a succombé cette semaine à un accident vasculaire cérébral provoqué par une PDI aiguë – purpura thrombopénique idiopathique – une maladie sanguine causée par un manque de plaquettes. La PDI peut être aiguë ou chronique, d’une durée de six mois ou plus, frappant seule ou en conjonction avec d’autres maladies auto-immunes ou certains cancers. Heidi insiste cependant sur le fait que

« son mari n’avait pas de trouble immunitaire ou de maladie similaire qui aurait pu causer le PTI. » 

Mère d’un enfant, elle a aussi déclaré: « Dans mon esprit, sa mort était à 100% liée au vaccin. Il n’y a pas d’autre explication. »

Elle a déclaré: « Mon mari a eu des conversations avec les médecins qui ont dit qu’il était très probable que le vaccin en soit la cause. »

 Si sa mort est directement liée au vaccin, Michael serait le premier cas connu au monde d’une personne mourant après l’injection.

Un porte-parole de Pfizer a déclaré au DailyMail.com que la société enquêtait sur la mort de Gregory mais qu’elle ne pensait pas qu’elle avait un lien avec le vaccin. 

L’épouse a aussi ajouté : « Ils l’ont testé pour tout ce que vous pouvez imaginer par la suite, même le cancer, et il n’y avait absolument rien d’autre qui clochait avec lui. »

Lorsqu’il s’est enregistré au Mount Sinai Medical Center à Miami Beach, l’hôpital où il travaille et a reçu le vaccin révolutionnaire, les médecins ont découvert qu’il souffrait d’un manque aigu de plaquettes.

« Tous les résultats sanguins sont revenus normaux, à l’exception des plaquettes qui sont revenues à zéro », a déclaré Heidi.

«Au début, ils ont pensé que ce devait être une erreur. Alors ils ont refait le test et cette fois ont fait un décompte manuel qui est censé être plus précis. Cette fois, il n’a montré qu’une seule plaquette. »

«Il se sentait à 100%, il était normal, énergique, heureux. Mais ils ont dit qu’on ne pouvait pas rentrer chez nous, que c’était incroyablement dangereux, qu’on pourrait souffrir d’un saignement cérébral et mourir. »

Normalement, les médecins s’attendent à une fourchette comprise entre 150 000 et 450 000 plaquettes par microlitre de sang.  Leur fonction principale est d’aider le sang à coaguler et d’éviter les saignements.

Après deux semaines de perfusions et de traitements expérimentaux qui n’ont pas réussi à augmenter le nombre de plaquettes de Gregory, les médecins ont décidé qu’ils n’avaient pas le choix.

Cependant, il est mort d’un accident vasculaire cérébral hémorragique – lorsque le sang d’une artère saigne dans le cerveau – avant de pouvoir subir la chirurgie.

Le vaccin a été annoncé comme une avancée extraordinaire dans la lutte contre Covid-19 après avoir été analysé par les organismes de santé mondiaux en un temps record et autorisé à être utilisé aux États-Unis une semaine avant que Gregory ne l’ait.

Au lieu d’un virus vivant, il utilise de l’ARNm, ou ARN messager, qui est essentiellement un ensemble d’instructions qui indique aux cellules comment produire une protéine de pointe, la même protéine qui se trouve à la surface du coronavirus.

Le site Web de la FDA met en garde contre d’éventuels effets secondaires durant plusieurs jours, notamment des douleurs au site d’injection, de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires, des frissons, des douleurs articulaires et de la fièvre.

Le vaccin de Pfizer et un autre de Moderna sont les seuls vaccins autorisés aux États-Unis et jusqu’à présent, environ 4,8 millions de doses ont été administrées.

Les Centers for Disease Control and Prevention affirment qu’à ce jour, seules 21 personnes ont souffert de réactions allergiques sévères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.