Covid en Occitanie : chiffres à la baisse, grandes disparités entre départements, le point sur les tests – Midi Libre

Covid en Occitanie : chiffres à la baisse, grandes disparités entre départements, le point sur les tests – Midi Libre

L’Agence régionale de Santé donne les derniers chiffres de la situation épidémique en Occitanie et fait le point sur la politique de dépistage dans la région.

Pierre Ricordeau, directeur général de l’Agence régionale de santé, fait un point sanitaire dans la région Occitanie ce vendredi 20 novembre.

Le point sanitaire en Occitanie

Situation épidémiologique : pour Pierre Rocordeau, « le confinement, et avant le couvre-feu, ont produit leurs premiers effets avec une baisse de pression sur le système hospitalier. Notamment les nouvelles hospitalisations : moins 30 % en une semaine. On note une très légère naisse en réanimation. L’Occitanie se trouve encore en phase épidémique élevée ».

Les chiffres. Le taux d’incidence descendu à 150 cas pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction est descendu en dessous de 1.

210 clusters sont en cours. Près d’un quart des Ehpad sont touchés par le Covid-19.

Les disparités dans la région. Le niveau de contamination reste élevé en Occitanie avec beaucoup de disparités dans la région.

Les départements les plus touchés sont le Gard, la Lozère, les Hautes-Pyrénées avec des taux de positivité encore très élevés, au-delà de 15 %. A l’inverse, on trouve des taux en dessous de 10 % en Ariège, Aude, Pyrénées-Orientales. En moyenne, le taux est à 13 % en Occitanie. Nous sommes encore loin des chiffres de sortie du premier confinement.

Pour Pierre Ricordeau, « la situation s’améliore dans l’ensemble des départements de la région. Mais il y a des zones dans lesquelles les niveaux atteints étaient extrêmement élevés. Les départements les plus proches d’Auvergne Rhône-Alpes partaient de plus loin comme la Lozère et le Gard. Les Hautes-Pyrénées gardent un taux élevé. Ce département a longtemps été épargné et ce n’est plus le cas. Il a juste été contaminé plus tardivement. Dans le Gard, l’agglomération de Nîmes a été touchée plus tôt que celle d’Alès qui est aujourd’hui plus dégradée. Même chose dans l’Hérault : la métropole de Montpellier a d’abord été touchée bien avant Béziers et Sète. » 

« Nous ne sommes pas sortis de l’épidémie. Nous sommes au milieu du chemin », estime Pierre Ricordeau.

Politique de tests dans la région

Pascal durand, en charge de la politique de tests, fait le point sur la politique de tests en Occitanie.

Concernant les tests PCR, des efforts « extrêmement importants » ont été fournis par les laboratoires. « On est passé de 30 000 par semaine à plus de 180 000 par semaine. 1 600 000 tests ont été effectués depuis fin août. »

180 000 tests PCR par semaine dans la région.
180 000 tests PCR par semaine dans la région.

Nouvel outil, les tests antigéniques aident à renforcer le dépistage. Les résultats peuvent être rendus en moyenne en 15 minutes. Pharmaciens, médecins et infirmiers libéraux effectuent ces tests rapides. Plus de 800 000 tests antigéniques sont mis à disposition par l’ARS dans les Ehpad, chez les pompiers, les personnels de l’éducation nationale…

Les atouts des tests antigéniques.
Les atouts des tests antigéniques.

Les deux tests sont accessibles gratuitement pour les patients.

Quel test dans quelle situation ? Si j’ai des symptômes depuis plus de 4 jours, je fais le test PCR. De moins de 4 jours, j’ai le choix entre les deux tests. Si je n’ai pas de symptôme, je suis cas contact ou fais partie d’un cluster, je fais le test PCR. 

Résultat positif : je m’isole et je contacte mon médecin. Résultat négatif : je respecte les gestes barrières. en cas de symptôme, je fais un test PRC en complément du test antigénique.

800 000 tests antigéniques mis à disposition par l'ARS.
800 000 tests antigéniques mis à disposition par l’ARS.

Où se faire dépister ? Les tests antigéniques peuvent être réalisés au cours d’une consultation. En dehors des cabinets, certaines pharmacies les proposent parfois dans des barnums à l’entrée des pharmacies. Des lieux spécifiques sans prises de rendez-vous sont accessibles dans certaines communes.

Quel test pour quelle situation ?
Quel test pour quelle situation ?

Les tests sérologiques (prise de sang) sont toujours accessibles. Ils révèlent si vous avez été contaminé dans le passé et s’il reste des traces du virus dans votre sang. Quant aux tests salivaires, ils sont en cours de développement. « Les innovations vont continuer dans les mois à venir », prédit Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS. 

Résulta positif ou négatif et après ?
Résulta positif ou négatif et après ?

Ehpad. Dans les Ehpad, l’ARS organise des dépistages PCR des personnels et patient dès le premier cas. Ce dispositif est maintenu. L’ARS doit livrer à l’ensemble des Ehpad des tests antigéniques.

Education nationale. 100 000 tests seront livrés en 13 points de la région, dans chaque département. L’Education nationale va cibler les établissements prioritaires. Infirmiers et médecins scolaires seront mobilisés ainsi que des pompiers et d’autres professionnels de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.