Covid : le nouveau variant pourrait rendre beaucoup plus difficile le contrôle de lépidémie – Les Échos

Covid : le nouveau variant pourrait rendre beaucoup plus difficile le contrôle de lépidémie – Les Échos

Publié le 30 déc. 2020 à 6:00Mis à jour le 30 déc. 2020 à 9:03

Le nouveau variant – les virologues préfèrent parler de « clone » – du coronavirus apparu au Royaume-Uni, et qui a été détecté en France la semaine dernière , comporte jusqu’à 24 mutations. « Une telle accumulation de mutations sur un même clone est quelque chose de très inhabituel pour le SARS-CoV-2 », commente Arnaud Fontanet, chef de l’unité épidémiologie des maladies émergentes à l’Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique chargé d’éclairer l’exécutif sur la gestion de l’épidémie.

Comment « VOC 2020 12/01 », nom de ce nouveau clone détecté dès septembre dans le sud-est de l’Angleterre , a-t-il pu apparaître subitement porteur de tant de mutations ? Les scientifiques anglais, qui se sont les premiers penchés sur lui, ont avancé une explication : toutes ces mutations auraient eu lieu dans l’organisme d’un seul et même individu souffrant d’immuno-suppression. Alors que, chez un patient dont les défenses immunitaires ne sont pas affaiblies (que ce soit du fait d’une infection au VIH ou d’une thérapie contre le cancer, par exemple), le virus ne demeure dans l’organisme qu’une semaine environ, il y serait resté, dans le cas de cette personne, beaucoup plus longtemps. Assez pour lui permettre de muter massivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.