Dans lAriège, 9 morts dans les hôpitaux et 20 décès dans les Ehpad – ladepeche.fr

Dans lAriège, 9 morts dans les hôpitaux et 20 décès dans les Ehpad – ladepeche.fr

Si la première vague de la Covid-19 l’avait épargnée, l’Ariège subit de plein fouet la deuxième. Jusqu’en septembre, l’Ariège n’avait enregistré « que » 2 décès. Depuis, la situation s’est aggravée. Hier, le point de situation sanitaire a dévoilé des chiffres qui continuent à se dégrader. 9 décès ont été enregistrés en milieu hospitalier et, surtout, 20 en Ehpad, dont 10 dans les deux derniers jours. « Ce sont des personnes très âgées qui présentaient des facteurs de comorbidité importants » explique Marie-Odile Audric-Gayol, directrice territoriale de l’Agenge régionale de santé (ARS). Quels Ehpad ? Aucune indication n’a été donnée. Il a simplement été dit que « 40 % des 38 Ehpad de l’Ariège présentaient au moins 2 cas positifs à la Covid-19. » Aux côtés de la préfète Chantal Mauchet, elle ne s’en cache pas : « Ce n’est pas une situation sanitaire brillante. » Ces 7 derniers jours, 596 personnes ont été contaminées, soit 81 personnes en moyenne par jour. 37 hospitalisations ont été comptabilisées : 7 en réanimation, 14 en hospitalisation classique et 16 en SSR (soins de suite et de réadaptation). Du 26 octobre au 1er novembre, le taux d’incidence s’établissait à 336,6 pour 100 000 habitants. « Ce chiffre était à la baisse il y a quelques jours et se stabilise désormais. » Au niveau de l’Occitanie, ce taux d’incidence s’établit à 424. Sur la même période, le taux de positivité est de 15,4 % (contre 19,5 % au niveau régional).

Les établissements sanitaires en alerte maximum

« Des chiffres inquiétants qui nous imposent de respecter les gestes barrières », insiste la préfète. « Les taux d’incidence sont assez importants chez les 20-40 ans », poursuit Mme Audric-Gayol. Même si les formes de la Covid-19 observées en Ariège lors de cette deuxième vague « semblent moins graves », l’extrême vigilance est de rigueur.

Depuis la semaine dernière, l’ARS a placé tous les établissements sanitaires de la Région Occitanie en niveau 4 (alerte maximale), ce qui permet de prévoir normalement une déprogrammation massive des activités chirurgicales et médicales non urgente. « Il y a une tension actuellement sur la prise en charge, avoue Mme Audric-Gayol. Il faut qu’on puisse répondre à la population ariégeoise mais pas que. » Le principal souci reste la gestion du personnel dans ces périodes de fortes tensions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.