Dans les supermarchés ariégeois, les rayons se vident – ladepeche.fr

Dans les supermarchés ariégeois, les rayons se vident – ladepeche.fr

l’essentiel
Ce mercredi matin, différents supermarchés ariégeois ont été pris d’assaut. Rien de comparable avec le mois de mars, mais cette affluence inhabituelle, alors qu’un nouveau confinement pourrait être décrété ce soir, inquiète usagers et directeurs.

La rumeur est sur toutes les lèvres : Emmanuel Macron pourrait annoncer un nouveau confinement en France, ce soir lors de son allocution. Même si rien n’est encore confirmé, dans les rayons des supermarchés ariégeois, il flotte un air de déjà-vu. À Pamier et à Foix, les caddies défilent aux caisses, chargés de pâtes, de papier toilettes et de bouteilles d’eau. Comme si les vivres allaient manquer.

Pourtant, au mois de mars et pendant le confinement, la France n’a pas connu de pénurie des produits de première nécessité. « C’est indécent, s’indigne Jeanne*, une retraitée. Je viens pour faire mes courses de la semaine, et on voit les mêmes attitudes qu’en mars. Ce n’est pas solidaire. » Jonathan, lui aussi, craint de voir à nouveau des rayons entièrement vides. « J’ai cinq filles, dit-il en remplissant son camion avec les courses du mois. Pendant le confinement c’était dur parfois de trouver de tout. Là encore ça va. Mais demain, si on est confiné, ça va être la mort. »

L’employé communal ne comprend pas cette pulsion, cette peur de manquer. « On l’a bien vu la première fois, il n’y a eu aucun souci, les rayons étaient réapprovisionnés tous les jours. Pourquoi cette fois-ci ce serait différent? »

Pas de panique

À l’Intermarché de Foix ce midi, les onze caisses étaient ouvertes. Même l’accueil prenait en charge les clients. « C’est une journée de grosse affluence, indique la direction. On peut s’attendre à une augmentation de la clientèle de 40 à 50%. » Dans les rayons, quelques catégories de pâtes manquent à l’appel: les pennes à bas prix ou les coquillettes Barilla ont été victimes de la razzia.

En milieu d’après-midi, du côté du Leclerc de Foix, une cinquantaine de chariots sont sortis du magasin en l’espace de demi-heure. Une dizaine d’entre eux était remplie à ras bord de paquet de bouteille d’eau ou de papier hygiénique. 

Pourtant, il n’y a pas de quoi paniquer. « Comme on l’a constaté en mars, nous n’avons aucun souci de réapprovisionnement, rappelle l’Intermarché de Foix. C’est plutôt ce genre de comportements qui créent les ruptures. » À force de se ruer sur les produits de première nécessité, les consommateurs paniqués créeraient ainsi une hausse exponentielle de la demande, sur laquelle, si elle est trop élevée, les producteurs pourraient avoir du mal à s’aligner. Difficile de doubler ou tripler la production en 24 heures. 

«Il n’y aura aucun souci d’approvisionnement», répète l’Intermarché de Foix. À chacun donc de faire ses courses de manière raisonnée et solidaire.

*Le prénom a été modifié

Clara

Clara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.