De nouveaux traitements se profilent contre le VIH – Le Temps

De nouveaux traitements se profilent contre le VIH – Le Temps

En attirant tous les regards depuis plusieurs mois, la pandémie de Covid-19 pourrait presque faire oublier que d’autres maladies sévissent toujours. A l’image du sida, dont c’était ce mardi 1er décembre la journée mondiale.

Trente-huit millions de personnes vivent actuellement dans le monde avec le VIH, dont 12 millions attendent un traitement, comme le rappelle le programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (Onusida). L’organisation a publié jeudi dernier un rapport appelant «les gouvernements à renforcer considérablement leurs investissements en faveur des ripostes aux pandémies et à adopter une série d’objectifs courageux, ambitieux, mais réalisables concernant le VIH», dans le but d’éradiquer le sida en tant que menace pour la santé publique à l’horizon 2030.

Lire aussi l’opinion: Une autre politique des drogues pour remédier à l’épidémie de VIH

Problème: si la lutte contre le sida avait déjà accusé un relâchement avant l’arrivée du Covid-19, la pandémie a encore ralenti toute velléité d’accomplir des progrès. Les essais cliniques concernant de nouvelles molécules ont notamment pris du retard, car certains ont dû être interrompus, ou leur mise en place repoussée, en raison des contraintes sanitaires.

Longue durée d’action

Pourtant, sur ce front, une petite révolution se dessine, notamment avec l’arrivée de traitements à longue durée d’action. Selon plusieurs essais cliniques, la combinaison de deux médicaments, le cabotégravir et le rilpivirine, administrée une fois par mois, voire une fois tous les deux mois en injection intramusculaire, s’avérerait en effet aussi efficace que les trois comprimés quotidiens nécessaires à maintenir la suppression virale du VIH.

«Cette combinaison de deux médicaments, approuvée le 16 octobre dernier par l’Agence européenne des médicaments, pourrait relever l’un des défis les plus difficiles de la lutte contre le sida, qui consiste à faciliter la prise régulière, constante et sur le long terme des traitements antirétroviraux», a expliqué Alexandra Calmy, responsable de l’unité VIH/sida dans le service des maladies infectieuses aux Hôpitaux universitaires de Genève, lors d’un colloque médical qui s’est tenu ce mardi matin sur la question.

«Ces molécules pourraient également permettre de transformer la prise en charge du sida pédiatrique, puisqu’elles seront étudiées dès l’âge de 2 ans, ajoute la professeure. Le problème principal de ces traitements à longue durée d’action, c’est la question de leur administration dans la vie réelle. Qui fera les injections? Que se passera-t-il lors des injections manquées? Et si un traitement incompatible devait être prescrit? Quelle sera la charge de travail pour les cliniques? A Genève, on pourrait assumer que des personnes viennent tous les mois pour faire leurs injections, mais qu’en sera-t-il des sites débordés par un grand nombre de patients?»

Plusieurs options thérapeutiques

Outre ces injections, d’autres options thérapeutiques pourraient également apparaître ces prochaines années, comme des implants avec une durée d’action persistant sur douze mois, mais aussi des traitements sous forme de patchs, d’anneaux vaginaux ou encore de systèmes gastriques.

En tout, une vingtaine de molécules anti-VIH sont actuellement en développement, fruits d’une connaissance toujours plus fine de la biologie moléculaire du virus. «Les médicaments antiviraux actuels marchent bien, on peut donc se demander pourquoi chercher toujours mieux, questionne Alexandra Calmy. Il s’agit ici de penser à tous les patients avec des virus multirésistants qui ont connu des échecs antérieurs, aux personnes pour qui la prise quotidienne d’un traitement affecte grandement leur qualité de vie, ou encore aux individus qui ne sont pas inclus dans les essais cliniques.»

Et pour cause: alors que l’épidémie de sida est très diverse, et touche notamment beaucoup de femmes, la plupart des essais cliniques incluent en majorité des hommes blancs. «On a également pris beaucoup de retard sur la question du VIH chez les enfants. Des molécules déjà validées depuis des décennies chez les adultes commencent tout juste à émerger pour un usage pédiatrique. Comme cela ne touche qu’une petite niche de patients dans le monde, cela n’intéresse que peu les entreprises pharmaceutiques», déplore Alexandra Calmy.

Un vaccin?

Quant à un éventuel vaccin, il ne semble malheureusement pas encore à l’ordre du jour. «On me demande parfois comment on a pu développer un vaccin contre le Covid-19 en une année et pourquoi on n’a toujours pas de vaccin contre le sida après quarante ans, pointe Alexandra Calmy. Cela est principalement dû au fait que le virus du sida mute sans cesse, ce qui rend le développement d’un vaccin particulièrement complexe.»

Lire également: «Le Covid-19 est l’occasion de réaffirmer le droit à la santé»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.