Des élus de l’opposition hongkongaise arrêtés pour des heurts au parlement en mai

Des élus de l’opposition hongkongaise arrêtés pour des heurts au parlement en mai
Les échauffourées au Legco, le 8 mai. 

Sept membres de l’opposition pro-démocratie hongkongaise, parmi lesquels figurent quatre députés, ont été arrêtés pour « outrage » et « obstruction » au travail des membres du Conseil législatif (LegCo), a précisé la police dimanche 1er novembre. Leur implication dans des heurts survenus en mai au LegCo, le parlement local, au moment où l’ex-colonie britannique est l’objet d’une reprise en main musclée par Pékin, leur est reprochée.

Les heurts sont fréquents au LegCo, l’opposition pro-démocratie usant largement de ses quelques pouvoirs juridiques pour faire de l’obstruction et tenter d’empêcher le vote de textes auxquels elle s’oppose.

Le 8 mai, les échauffourées s’étaient cristallisées autour de la direction du Comité de la chambre (House committee) dont le rôle est de passer en revue les projets de loi avant qu’ils ne soient examinés.

Lire aussi Les autorités de Hongkong célèbrent la reprise en main par Pékin

Ce comité n’avait alors plus de leader depuis octobre 2019 et les élus pro-démocratie étaient pendant des mois parvenus à empêcher la désignation d’un nouveau leader. Cet après-midi-là, l’une des pro-Pékin, Starry Lee, s’était installée dans le fauteuil de leader en s’abritant derrière une analyse juridique rédigée par des avocats du gouvernement allant dans son sens.

Mais des élus de l’opposition, mettant en avant leurs propres arguments juridiques, l’avaient accusée de violer la loi.

Les pro-démocratie ciblés

Le chaos s’était ensuite emparé de la chambre. Des agents de sécurité et des élus pro-Pékin s’étaient rangés autour de Mme Lee alors que les pro-démocratie tentaient d’imposer leur propre candidat au poste. L’un avait même essayé d’escalader un mur pour arriver à la tribune.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Hongkongais se mobilisent après l’arrestation de deux figures du mouvement démocratique

Des agents de sécurité ont alors évacué de force plusieurs élus pro-démocratie, tandis que les parlementaires rivaux arboraient des pancartes et filmaient avec leurs téléphones et retransmettaient en direct cette confusion avec leurs réseaux sociaux.

Dimanche, la police s’en est prise exclusivement aux pro-démocratie, dans la dernière offensive en date contre l’opposition au pouvoir central chinois. Le suffrage universel est une demande cruciale du camp pro-démocratie, qui a été au cœur des mobilisations de 2014 et 2019.

L’ex-colonie britannique a connu de juin à décembre 2019 sa pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations souvent violentes pour dénoncer des ingérences de plus en plus fortes de Pékin dans les affaires de sa région semi-autonome. Plus de 10 000 personnes ont été arrêtées à Hongkong depuis juin 2019 et les tribunaux croulent sous le nombre d’affaires à juger.

Le Monde avec AFP

Clara

Clara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.