En France, la laborieuse quête des chiffres de la vaccination – Le Parisien

En France, la laborieuse quête des chiffres de la vaccination – Le Parisien

Les Français se souviennent parfaitement de Mauricette, première Française vaccinée dans le pays contre le coronavirus. Peut-être un peu trop. Car un grand vide a suivi dans la comptabilisation du nombre de Français vaccinés, laissant le champ libre à toutes les spéculations. Ce manque d’informations a agacé bien des scientifiques, souvent désœuvrés, parfois atterrés face à l’absence de données exploitables. La France, plus de deux semaines après le début de la campagne de vaccination, publie depuis deux petits jours ses chiffres quotidiens par des canaux officiels. Rappelons-les : mardi soir, 189 834 Français avaient relevé la manche pour se faire injecter une première dose du vaccin Pfizer.

Les autorités partaient de loin. Les premiers jours qui ont suivi la piqûre très médiatisée de Mauricette, aucun chiffre n’est rendu public. Simplement, quelques-uns sont transmis de façon informelle par le ministère : 138 vaccinations le mercredi soir, 516 le jeudi soir. Guillaume Rozier, le jeune « geek » tout juste sorti d’école ingénieur et qui a acquis une légitimité certaine pour ses graphiques sur l’épidémie via son site CovidTracker, cherche l’alternative. Il dit écumer la presse régionale et les réseaux sociaux pour tâcher de comptabiliser les personnes vaccinées en Ehpad. Vaste chantier.

« La France est le pays pour qui cela a été le plus compliqué »

Les comparaisons avec l’étranger sont alors ravageuses pour la France, largement moquée sur les réseaux sociaux. Le grand jeu des écarts statistiques est lancé, et la France manque cruellement de données. Dans le même temps, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne annoncent avoir très vite dépassé la barre des 10 000 vaccinations, franchie depuis belle lurette au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Le site OurWorldInData recense les chiffres de tous les pays du monde, en s’appuyant sur les données communiquées par les autorités. Parmi les principaux pays européens, « la France est de loin celui pour qui cela a été le plus compliqué, que ce soit pour le délai avant de disposer des chiffres ou pour la qualité des données », confesse Edouard Mathieu, l’un des responsables des données pour Our World in Data.

Avançons jusqu’au lundi 4 janvier. C’est ce jour-là qu’a ouvert le SI (pour système d’information) Vaccin Covid. Il permet aux professionnels de santé de remplir toutes les données des personnes à qui ils administrent des vaccins. Plusieurs buts à cela, comme suivre l’avancée de la vaccination en temps réel et permettre de contacter les patients en cas d’apparition d’effets indésirables. « On demandera aux structures qui ont déjà vacciné de reprendre les données dans ce système d’information de manière rétroactive, pour s’assurer de la complétude des données », nous indique alors une source directement impliquée.

« Nous faisions remonter les chiffres consolidés »

Avec cette sorte de méga-fichier, on peut enfin espérer disposer de chiffres plus fiables, complets et réguliers de la vaccination. La veille, le dimanche 3, Gabriel Attal promet « une publication transparente, en continu » des données. L’optimisme est de rigueur. Le porte-parole du gouvernement se permet même de fixer le calendrier. « Dès lundi, vous saurez tout sur la campagne vaccinale », glisse-t-il. Loupé. Le lendemain, le directeur général de l’Assurance maladie, Thomas Fatome, indique qu’un bilan sera « apporté dès demain (mardi), puis de façon quotidienne dans le cadre de la communication du ministère et de Santé publique France ».

Loupé. Mardi 5, peu avant 20 heures, le ministre de la Santé Olivier Véran se contente d’un tweet pour indiquer que « plus de 5000 vaccinations ont été réalisées aujourd’hui en France dans une trentaine d’hôpitaux », sans plus de précisions. « Nous ne faisions remonter des chiffres seulement lorsque nous les jugions consolidés », défend-on au ministère de la Santé. Consolidés, mais arrondis.

Avenue Duquesne, on ajoute avoir privilégié le lancement de la vaccination à la remontée des informations. « Si vous nous demandez de reconnaître certains retards, nous pouvons le faire bien volontiers. Nous n’avons pas voulu en demander trop au personnel soignant dans un premier temps, clame-t-on dans l’entourage d’Olivier Véran. Ce sont eux qui déclarent et la remontée doit ensuite se faire jusqu’à l’autorité nationale. Cela demande du temps, du travail, des considérations humaines entrent en compte. Nous étions en période de congés et ne voulions pas mettre de pression supplémentaire. » Un arbitrage auquel des pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni n’ont pourtant pas été confrontés. Là-bas, les citoyens disposent depuis le début de la campagne de vaccination de statistiques précises et fiables.

Le relais VaccinTracker

En cette première semaine de janvier, la divulgation des chiffres de la vaccination prend un tournant particulier. Le cabinet du ministre de la Santé, qui échange régulièrement par SMS avec Guillaume Rozier, lui fournit désormais le nombre de personnes vaccinées chaque jour. Olivier Véran s’est lui-même entretenu par téléphone avec le jeune homme, qualifié le jeudi soir en direct sur BFMTV de « très malin ». Mais si ce chiffre existe, pourquoi ne pas le rendre public chaque soir, par exemple sur le site du ministère de la Santé ou sur celui de Santé publique France, afin que les journalistes et l’ensemble du public puissent en disposer? « Les chiffres communiqués à Guillaume Rozier ont toujours été envoyés également à l’AFP, jure l’entourage d’Olivier Véran. Dès lors que l’on communique par un tweet ou une agence de presse, on estime que l’information a été rendue publique. Elle a été largement diffusée. »

Nous voici le 11 janvier. Le compteur officiel et quotidien démarre. Un email du ministère de la Santé tombe peu avant 21 heures, annonçant « plus de 138 000 » vaccinations en France depuis le début de la campagne. Pour la première fois, le détail région par région est indiqué à partir des chiffres qui sont remontés par les Autorités régionales de santé. « On a pris l’initiative de communiquer les données publiques qui sont accessibles, par région », argue la DGS. Un tel bilan doit désormais être annoncé chaque soir « à 19h30 au plus tard », a garanti Olivier Véran lors d’une audition à l’Assemblée nationale, mardi.

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

Faut-il y voir un hasard du calendrier ? Le matin même, Guillaume Rozier indiquait sur Twitter qu’il refuserait désormais de relayer les chiffres qui lui sont directement transmis. « VaccinTracker ne sera désormais mis à jour qu’à partir de données publiques officielles », écrivait-il. Les jours précédents, un début de polémique naissait sur les réseaux sociaux pour contester des méthodes de communication aussi peu transparentes de la part des autorités et aussi peu conformes aux principes mêmes de l’open data, on ne peut plus utiles en cette période de crise sanitaire mondiale.

Tout n’est pas réglé pour autant. Pour disposer d’informations plus fines issues du SI Vac, comme l’échelon départemental, le type de vaccins ou la catégorie de personnel, il faudra attendre encore un peu. Mardi 12 janvier, un jeu de données a été publié sur le site officiel data.gouv.fr… sans la moindre information supplémentaire. Le système, aussi, peut générer quelques petits couacs. Mardi, quand le fichier sur data.gouv.fr et le communiqué de presse annonçaient 283 personnes vaccinées en Martinique, le site du ministère en affichait 183.

En interne, plus personne ne s’avance à donner de date même si beaucoup assurent vouloir « enrichir les données au plus vite ». « C’est en cours, et ça arrivera très prochainement. Quand on vaccine à tour de bras, il faut que les professionnels de santé rentrent les informations, etc. », justifie la DGS. Interrogé par le Parisien vendredi matin lors d’une conférence de presse en ligne, Yann Le Strat, le directeur du traitement et de l’analyse des données à l’agence sanitaire, indiquait avoir besoin d’un délai pour « consolider » les données. Tout en se défendant d’avoir mal anticipé la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.