En Suisse, toutes les maladies infectieuses ont reculé sauf celles liées aux tiques – Le Figaro

En Suisse, toutes les maladies infectieuses ont reculé sauf celles liées aux tiques – Le Figaro

VU D’AILLEURS – Gestes barrières et relations sociales limitées ont fait reculer la fréquence des maladies. Seule l’encéphalite à tiques a profité des balades dans la nature.

Par Julien Culet (Tribune de Genève)

Si la pandémie de coronavirus a frappé de plein fouet la Suisse cette année, elle a également eu pour conséquence indirecte d’améliorer la situation sanitaire d’autres maladies graves. Les maladies infectieuses pour lesquelles une déclaration à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) est obligatoire ont en effet connu une baisse du nombre de cas. Presque tous les types de transmission sont concernés. Ce recul est le reflet des changements de comportements induits par la crise qui dure depuis neuf mois. Tour d’horizon en quatre points.

Infections respiratoires à la baisse

La lutte contre le coronavirus, dont la contamination est en grande partie aérienne, a entraîné une chute du nombre de cas de maladies à transmission respiratoire. Alors que la Suisse compte par exemple quelque 400 infections à la tuberculose chaque année, il n’y en a eu qu’un peu plus de 300 en 2020. Le taux d’incidence est passé de 5,1 cas pour 100.000 habitants en 2019 à 4,2 cette année. Les pneumocoques, dont font

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.