Face au Covid-19, finalement, il serait plus risqué dêtre fumeur – Libération

Face au Covid-19, finalement, il serait plus risqué dêtre fumeur – Libération

Une équipe de chercheurs du King’s College de Londres a analysé les données de l’application Covid Symptom Study développée par l’entreprise ZOE, destinée à fournir des informations à la recherche. L’étude a porté sur la période du 24 mars au 23 avril au cours de laquelle 2,4 millions de personnes ont utilisé l’application.

Les utilisateurs devaient tout d’abord donner fournir des informations de type âge, taille, poids, sexe ainsi que leur état de santé et leur statut de fumeur ou non. Il leur était ensuite demandé d’indiquer chaque jour s’ils se sentaient physiquement dans un état normal ou non. Si ce n’était pas le cas, ils devaient répondre à une série de questions, dont quatorze sur des potentiels symptômes de Covid.

Environ 11% d’entre eux étaient fumeurs, un peu moins que la proportion dans la population britannique (14,7%). Environ un tiers des utilisateurs de l’application ont indiqué ne pas se sentir bien au cours de la période de l’étude. Cependant, les fumeurs ont été 14% plus susceptibles que les non-fumeurs de développer les symptômes classiques du Covid (fièvre, toux persistante et souffle court).

A lire aussi«Le risque pour les fumeurs de développer une forme sévère du Covid-19 est augmenté de 50%»

Davantage de symptômes…

Par ailleurs, les fumeurs étaient, selon les données de l’étude, 29% plus susceptibles de développer plus de cinq symptômes, et 50% plus de dix symptômes (dont perte d’odorat, perte d’appétit, diarrhée, fatigue, douleurs musculaires). Les fumeurs testés positifs avaient également 50% de plus de risque d’être hospitalisés que les autres. Les chercheurs ont effectué leurs analyses en contrôlant des variables de type âge, sexe, indice de masse corporelle, et éventuelles comorbidités.

…mais moins d’infections asymptomatiques

Lorsqu’on regarde les données de l’étude en détail, on s’aperçoit cependant que, si le tabac provoque davantage d’infections sévères et d’hospitalisations, il est également associé une proportion plus basse de tests PCR positifs. En effet parmi les 28 882 participants ayant effectué un test PCR, la proportion de fumeurs est plus importante parmi ceux dont le test s’est révélé négatif (9,3%) que parmi ceux dont le test a été positif (7,4%).

Cette étude ne remet donc finalement pas en cause des précédentes enquêtes qui semblaient indiquer un éventuel effet protecteur de la part de la nicotine. Celle-ci protégerait donc partiellement du Covid asymptomatique, mais provoquerait davantage de formes graves de la maladie.

Selon le docteur Mario Falchi, directeur de recherche au King’s College, l’analyse démontre néanmoins que fumer augmente le risque pour une personne d’être hospitalisée. Arrêter la cigarette est donc l’une des choses à faire pour limiter les conséquences sanitaires du Covid.


Savinien de Rivet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.