Gestes barrière, vaccination… pourquoi la grippe a disparu cette année – Le Parisien

Gestes barrière, vaccination… pourquoi la grippe a disparu cette année – Le Parisien

On sentait venir la tendance, mais elle se confirme avec les derniers chiffres de Santé Publique France. C’est assez étonnant, mais, malgré le froid, qui d’habitude provoque à cette période de l’année une progression des virus grippaux, cette année ils ont totalement disparu des radars. Dans des proportions totalement inédites.

D’habitude, la grippe provoque des hospitalisations en réanimation chez de nombreux sujets fragiles, âgés, ou atteints de pathologies respiratoires. Cela concerne plusieurs centaines de patients par semaine, lorsque l’épidémie de grippe est là. Or ce n’est pas du tout le cas cette année. « Depuis le 5 octobre 2020, aucun cas grave de grippe n’a été signalé par les services participant à cette surveillance », explique dans son dernier bulletin épidémiologique Santé publique France, paru ce mercredi. C’est une très bonne nouvelle, quand on sait que la grippe entraîne chaque année, du fait de ses complications, 10000 à 15000 décès par an.

Gestes barrière, vaccination… pourquoi la grippe a disparu cette année

L’absence de la grippe peut-elle être due à une sous-détection par les services d’épidémiologie, débordés par le Covid-19? Cela n’est pas le cas, affirme SPF. Les tests « grippe » sont réalisés, mais ils confirment que le niveau grippal est infinitésimal. « En milieu hospitalier, depuis la semaine 40, parmi les 20 073 résultats transmis au Centre national de référence, dix prélèvements se sont avérés positifs pour un virus grippal », précise Santé publique France. Dans le détail, il s’agit de « six virus de type B, dont un chez un patient de retour de voyage en Afrique de l’Ouest, de trois virus de type A (H3N2), et d’un virus de type A non sous-typé ».

Le même constat est fait en médecine de ville. « Depuis la semaine 40, parmi les 436 prélèvements nasopharyngés analysés, un virus grippal de type B/Victoria a été détecté. Les prélèvements sont réalisés dans le cadre de la surveillance du réseau Sentinelles des infections respiratoires aiguës (IRA) observée en médecine générale en France métropolitaine », confirme SPF.

Alors qu’elle fait chaque année des ravages dans les Ehpad, la grippe en est totalement absente. « Depuis la semaine 40, pour environ 10 000 collectivités de personnes âgées recensées en France, 13 épisodes de cas groupés d’infection respiratoire aiguë non liés au SARS-CoV-2 ont été signalés. Aucun cas de grippe confirmé n’a été identifié parmi ces épisodes notifiés », constate Santé publique France.

Le Sars-Cov2 tueur de virus grippaux ?

Comment expliquer cette quasi-disparition de la grippe, alors que par ailleurs le Covid-19 fait des ravages, et que la somme des deux plongerait les hôpitaux et les médecins libéraux un peu plus dans le gouffre? « On sait que les gestes barrière, en particulier le port du masque, contribuent à fortement faire reculer la grippe. C’est l’explication la plus plausible. L’usage massif du gel hydroalcoolique dans la population a fortement contribué à cette éradication des virus grippaux », explique le docteur Serge Smadja, secrétaire général de SOS Médecins.

Le recours massif à la vaccination antigrippale, qui a été un grand succès cette année, notamment chez les plus de 75 ans, est également un facteur d’explication. Ainsi, 13 millions de Français ont déjà été immunisés contre 10 millions environ l’an dernier.

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

Peut-on aussi imaginer que le virus du Sars-Cov2 ait, d’une certaine façon, tué les virus grippaux ? « Il reste beaucoup de mystères à percer sur les virus. Mais on est bien obligé de se poser cette question, quand on voit que la grippe n’est plus du tout présente », ajoute le docteur Smadja. Car, bien évidemment, l’absence des virus grippaux n’est pas une exception française. L’Europe est dans la même situation.

Et cela a été constaté aussi dans l’hémisphère sud. De juin à septembre, survient là-bas l’épidémie de grippe hivernale, en raison du climat différent. Or, cette saison – surprise –, elle n’a presque pas eu lieu. La circulation a été extrêmement faible en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et en Argentine, ont constaté les spécialistes, ce qui est un phénomène inédit. Reste à savoir s’il ne s’agit que d’un phénomène annuel, ou s’il est durable dans le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.