« Il est logique de vacciner dabord les personnes âgées vivant en Ehpad » – Le Monde

« Il est logique de vacciner dabord les personnes âgées vivant en Ehpad » – Le Monde

La France a entamé il y a huit jours sa campagne de vaccination contre le Covid-19 en commençant par les résidants des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), mais elle a pris beaucoup de retard par rapport à ses voisins européens. Face aux critiques, le ministre de la santé, Olivier Véran, a promis mardi « d’amplifier, d’accélérer et de simplifier » le processus.

Nos journalistes Chloé Hecketsweiler et Delphine Roucaute ont répondu à vos questions sur l’organisation de la campagne vaccinale visant à enrayer l’épidémie de Covid-19 en France.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Retard dans la vaccination, climat social dégradé… Une rentrée périlleuse en vue pour l’exécutif
Une infirmière injecte une dose du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 à un membre du personnel médical de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, le 6 janvier. Une infirmière injecte une dose du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 à un membre du personnel médical de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, le 6 janvier.

Blabla : D’après la tribune d’Aurélien Rouquet que vous venez de publier, les doses de vaccins sont sur le territoire français, mais « l’intendance ne suit pas » pour paraphraser ce que n’a pas dit le général. Y-a-t-il un risque concret d’une telle « chienlit » logistique que les doses de vaccins soient perdues ? Autrement dit, quelle est la durée de stockage de ces doses ?

Selon le ministère de la santé, jusqu’à 30 % des doses pourraient être « indisponibles ». Ce chiffre inclut les doses qui ne seraient pas disponibles au bon endroit au bon moment et les doses « perdues » (le vaccin étant conditionné en flacon de cinq doses, les doses restantes si le nombre de personnes à vacciner est inférieur sont perdues).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : « La pénurie de masques, incompétence logistique de l’Etat français »

Le vaccin de Pfizer-BioNTech peut se conserver sur une longue durée lorsqu’il est stocké à – 80 °C, mais une fois livré aux pharmacies et stocké dans des réfrigérateurs entre 2 °C et 8 °C, il doit être utilisé dans les cinq jours. Il est donc déterminant que « l’intendance suive » et que les vaccins soient injectés selon un calendrier bien établi pour limiter le gaspillage.

Jojo : Pourquoi privilégier les personnes âgées en Ehpad pour ce début de campagne ? Ils sont visiblement difficiles d’accès, et ont de toute manière une espérance de vie très courte du fait de leur âge et de leur état de santé. Nos voisins semblent d’ailleurs l’avoir bien compris et privilégient la vaccination des soignants, des métiers essentiels, etc. Ne prenons-nous pas en plus de retard en faisant ce choix ? On vaccine peu, et pas les bonnes personnes ?

En décidant de donner la priorité aux personnes âgées résidant en Ehpad, le gouvernement a suivi les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS), cette institution qui guide les choix sanitaires en France. Dans son avis du 30 novembre, la HAS a insisté sur le fait que la stratégie devait répondre à deux objectifs : « réduire les hospitalisations et les décès et maintenir les activités essentielles du pays, particulièrement celles du système de santé pendant l’épidémie ». En ce sens, il est logique de cibler d’abord les personnes âgées résidant en Ehpad : selon les autorités sanitaires, elles représentent 30 % des décès liés au Covid-19. D’après les calculs des Décodeurs, en tenant compte de ceux qui ont été transférés à l’hôpital avant de mourir, les résidants de ce type d’établissement constitueraient même près de la moitié du nombre total de décès liés à la maladie.

Un médecin administre une dose de vaccin Pfizer-BioNtech à une femme âgée, le 4 janvier, au centre de gérontologie Antonin-Balmes, à Montpellier. Un médecin administre une dose de vaccin Pfizer-BioNtech à une femme âgée, le 4 janvier, au centre de gérontologie Antonin-Balmes, à Montpellier.

Cible : Quel est l’objectif de vaccination à fin juin et quelles doses de vaccins sont officiellement disponibles sur cette période pour la France ?

Le ministère de la santé a indiqué que la France pourrait disposer d’ici le mois de juin de 16,4 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNtech (le seul autorisé actuellement) et 6,9 millions de doses du vaccin de Moderna (qui pourrait obtenir son autorisation de mise sur le marché cette semaine). A raison de deux doses par personne, cela représente en théorie de quoi vacciner un peu moins de 12 millions de personnes.

Ces chiffres sont susceptibles d’évoluer en fonction des capacités de production des laboratoires. Le vaccin d’AstraZeneca, pour lequel un plus grand nombre de doses est disponible, pourrait être autorisé dans les prochaines semaines. Au total, la France s’est fixée comme objectif de vacciner 14 millions de « personnes vulnérables » d’ici à l’été.

Marie : Le délai de réflexion de cinq jours, en plus d’instaurer une grande lenteur, n’entretenait-il pas le doute vis-à-vis de la sécurité des vaccins ? Pourquoi s’être tiré une balle dans le pied ainsi ?

Ce « délai de réflexion de cinq jours » que vous évoquez n’a en réalité jamais existé. Dans les documents et avis publiés par les autorités et institutions de référence, il n’est fait nulle part mention de cette obligation. Dans son avis, le Comité consultatif national d’éthique mentionne la nécessité d’un « temps de réflexion personnelle, qui va permettre de mettre à distance l’émotion, les éventuelles pressions des uns et des autres, explorer les différentes options, et finalement donner un sens à son choix ».

Philbast : Avons-nous un chiffre actualisé du nombre de vaccinés en France ? Et dans les autres pays ?

L’outil CovidTracker établit des comparaisons entre différents pays. En France, au 5 janvier, 7 000 personnes avaient été vaccinées. Elles étaient près d’un million au Royaume-Uni, plus de 300 000 en Allemagne, plus de 180 000 en Italie et près de 140 000 en Espagne.

Alex – Paris : Une fois vacciné, est-il prévu un document officiel permettant de prouver que l’on est bien vacciné lors d’un voyage à l’étranger ?

L’Assurance-maladie a lancé, lundi 4 janvier, un système d’information nommé Vaccin Covid permettant aux professionnels de santé de tracer le processus de vaccination de leurs patients. C’est notamment dans cet outil que vont être renseignés le fait que le patient a bien été informé sur les avantages et les inconvénients du vaccin, mais aussi le recueil du consentement du patient. Cet outil produit un « certificat » à chaque injection, mais il n’est absolument pas prévu qu’il serve de passeport à d’éventuels déplacements. Par ailleurs, aucun lien ne sera fait entre cette plate-forme et l’application TousAntiCovid. Ces outils sont prévus pour protéger les données personnelles de ses utilisateurs et respectent le principe du secret médical.

Zen2 : Quel sera le rôle exact du collectif de citoyens chargé du suivi de la vaccination ?

Trente citoyens et cinq suppléants sont tirés au sort depuis lundi 4 janvier pour venir éclairer la stratégie vaccinale du gouvernement à travers un collectif citoyen. Cette instance pourra « formuler des observations sur les choix de politique vaccinale » et faire « des propositions relatives aux questionnements, peurs, résistances et questions éthiques que peut susciter la vaccination », comme indiqué dans la lettre de mission adressée par le premier ministre au CESE le 18 décembre 2020. Ils se contenteront donc de faire des suggestions et des observations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A peine lancé, le « collectif de citoyens » sur les vaccins voulu par Emmanuel Macron est sous le feu des critiques

Salut les amis : Vu le nombre limité de doses livrées en France, ne serait-il pas possible de vacciner avec une seule injection, comme cela a été proposé au Royaume-Uni ?

Les scientifiques sont partagés sur ce sujet auquel nous avons consacré un article en début de semaine (ci-dessous). La vaccination a une dose n’est pas à l’ordre du jour en France, mais « elle se défend tout à fait dans une situation de pénurie en période pandémique », estime ainsi Odile Launay, infectiologue et membre du comité vaccin Covid-19 français.

Les laboratoires Pfizer-BioNTech ont cependant rappelé qu’il n’y avait aucune donnée clinique sur la protection offerte par le vaccin après trois semaines (l’intervalle prévu entre les deux doses). De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé, mardi, que la deuxième dose requise du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 soit administrée dans un délai de vingt et un à vingt-huit jours, mais a ajouté qu’en cas de « circonstances exceptionnelles » ce délai pouvait être allongé de plusieurs semaines.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vaccin anti-Covid : deux doses sont-elles vraiment nécessaires ?

Maxence : J’ai entendu précédemment à la radio que le vaccin Pfizer ne permettait pas d’acquérir une immunité mais prévenait des formes graves [du] Covid-19. Cette affirmation est-elle vérifiée ? Si oui, comment pourrait-on atteindre une immunité collective si ce vaccin n’immunise pas contre le virus ?

Nous avons publié ce matin un article à ce sujet (ci-dessous). Lors des essais cliniques, l’objectif des laboratoires était de démontrer que le vaccin prévenait les formes graves du Covid-19. Ils n’ont pas évalué sa capacité à bloquer la contamination. Les données existantes semblent indiquer que le vaccin protège aussi contre l’infection, mais elles doivent être confirmées. D’ici-là, il est prudent de considérer qu’une personne vaccinée peut être contagieuse.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les vaccins anti-Covid évitent-ils la transmission du SARS-CoV-2 ?

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.