« Il est possible de diminuer les risques daggravation de létat dun patient atteint de Covid-19 » – Le Monde

« Il est possible de diminuer les risques daggravation de létat dun patient atteint de Covid-19 » – Le Monde

Tribune. En Europe, le nombre des patients hospitalisés avec une Covid-19 ne cesse d’augmenter. Les gouvernements renforcent les « mesures barrières » et appellent à la responsabilité individuelle des citoyens, alors que les confinements et couvre-feux localisés ou nationaux restent toujours une option.

Nous assistons donc, sept mois plus tard, au même phénomène qui a conduit au confinement généralisé dont la population subit le coût social, psychologique et financier. Le système de santé publique saura-t-il faire face à l’afflux des patients ? Sommes-nous contraints aux confinements à répétition ?

Majorité asymptomatique ou non grave

Si la recherche d’un vaccin et d’un traitement antiviral est intense, rien ne dit aujourd’hui qu’il sera efficace et disponible dans un avenir proche. En mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qualifie l’infection par le SARS-CoV-2 de « pandémie » et classe la Covid-19 en trois niveaux de gravité : maladie sévère, maladie critique et forme non grave. Qu’en est-il, sept mois plus tard ? En rester à ces catégories serait dédaigner les récentes recherches.

Aujourd’hui, nous savons que la majorité de la population infectée est asymptomatique ou présente la forme non grave de la Covid-19. Environ 15 % des personnes atteintes développent une maladie sévère nécessitant une hospitalisation et 5 % des patients présentent une maladie critique qui nécessite une admission en unité de soins intensifs (USI).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Deuxième vague du Covid-19 : les mises en garde ignorées du conseil scientifique

Nous savons aujourd’hui que l’aggravation de l’état clinique des patients est liée à la réponse inflammatoire exagérée, à l’hypercoagulabilité sanguine et à l’activation des cellules endothéliales (cellules qui tapissent la surface interne de vaisseaux) et nous disposons des médicaments pour inhiber chacune de ces voies.

Une donnée réconfortante à prendre en compte est le taux de mortalité chez les patients atteints d’une Covid-19 critique, supérieur à 50 % au début de la pandémie, il a progressivement diminué pour atteindre environ 35 %, montrant bien une amélioration substantielle des protocoles thérapeutiques.

Profil à risque

Nombreuses sont les études qui ont établi le profil des patients à risque d’une Covid-19 sévère ou critique. Environ 65 % des patients avec une Covid-19 critique, hospitalisés en USI et 40 % des patients atteints de Covid-19 sévère hospitalisés en salle conventionnelle présentent une pathologie cardiovasculaire (maladie coronarienne, artériopathie des membres inférieurs, artériopathie carotidienne, accident ischémique cérébral, etc.).

Il vous reste 61.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.