Le vaccin COVID de Pfizer contient un composé qui pourrait être responsable de rares réactions allergiques – Trust My Science

Le vaccin COVID de Pfizer contient un composé qui pourrait être responsable de rares réactions allergiques – Trust My Science

Des réactions allergiques sévères chez au moins huit personnes ayant reçu le vaccin anti-COVID-19 produit par Pfizer et BioNTech au cours des 2 dernières semaines pourraient être dues à un composé de l’emballage de l’ARN messager (ARNm) qui constitue l’ingrédient principal du vaccin. Un vaccin à ARNm similaire développé par Moderna, qui a été autorisé pour une utilisation d’urgence aux États-Unis vendredi, contient également le même composé : le polyéthylène glycol (PEG). Plusieurs réunions internationales se sont déjà tenues sur le potentiel rôle du PEG dans les réactions anaphylactiques constatées. Toutefois, les données dont disposent actuellement les experts sont encore trop peu nombreuses pour pouvoir statuer définitivement sur la question.

Le PEG n’a jamais été utilisé auparavant dans un vaccin approuvé, mais il se trouve dans de nombreux médicaments qui ont parfois déclenché un choc anaphylactique — une réaction potentiellement mortelle qui peut provoquer des éruptions cutanées, une chute de la pression artérielle, un essoufflement et un rythme cardiaque rapide. Certains allergologues et immunologistes pensent qu’un petit nombre de personnes précédemment exposées au PEG peuvent avoir des niveaux élevés d’anticorps contre le PEG, ce qui les expose à un risque de réaction anaphylactique au vaccin.

Recueillir plus de données sur les réactions allergiques dues aux vaccins

D’autres sont sceptiques quant au lien. Pourtant, l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) était suffisamment préoccupé pour convoquer plusieurs réunions la semaine dernière afin de discuter des réactions allergiques avec des représentants de Pfizer et Moderna, des scientifiques et médecins indépendants, et la Food and Drug Administration (FDA).

Le NIAID met également en place une étude en collaboration avec la FDA pour analyser la réponse au vaccin chez les personnes qui ont des niveaux élevés d’anticorps anti-PEG ou qui ont déjà eu des réactions allergiques sévères aux médicaments ou aux vaccins. Pfizer dit également qu’il « recherche activement un suivi ». Une déclaration de l’entreprise indiquait qu’elle recommandait déjà qu’un « traitement médical et une supervision appropriés soient toujours disponibles » au cas où un vacciné développerait une anaphylaxie.

structure chimique PEGstructure chimique PEG
Structure chimique du PEG. © ChemBase

Des réactions anaphylactiques peuvent survenir avec n’importe quel vaccin, mais sont généralement extrêmement rares — environ une pour 1 million de doses. Au 19 décembre, les États-Unis avaient enregistré six cas d’anaphylaxie parmi 272’001 personnes ayant reçu le vaccin COVID-19. Parce que les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna utilisent une nouvelle plate-forme, les réactions nécessitent un examen attentif, déclare Elizabeth Phillips, chercheuse en hypersensibilité aux médicaments au Vanderbilt University Medical Center.

Risques de réactions allergiques : l’anxiété de la population

Les rapports sur les réactions allergiques ont déjà créé de l’anxiété. « Les patients souffrant d’allergies sévères aux États-Unis deviennent nerveux quant à la possibilité qu’ils ne puissent pas se faire vacciner, du moins avec ces deux vaccins », explique Alkis Togias, médecin au NIAID. « Les allergies en général sont si fréquentes dans la population que cela pourrait créer une réticence envers les vaccins dans la population », ajoute Janos Szebeni, immunologiste à l’Université Semmelweis de Budapest.

Les scientifiques qui pensent que le PEG pourrait être le coupable soulignent que la vaccination doit se poursuivre. « Nous devons nous faire vacciner. Nous devons essayer de réduire cette pandémie »,déclare Phillips. Mais plus de données sont nécessaires de toute urgence. « Ces prochaines semaines aux États-Unis vont être extrêmement importantes pour définir ce qu’il faut faire ensuite ».

Les essais cliniques de Pfizer et Moderna sur les vaccins, qui ont impliqué des dizaines de milliers de personnes, n’ont pas révélé d’effets indésirables graves. Mais les deux études ont exclu les personnes ayant des antécédents d’allergies aux composants des vaccins anti-COVID-19 ; Pfizer a également exclu ceux qui avaient déjà eu une réaction indésirable grave avec tout vaccin. Les personnes ayant déjà eu des réactions allergiques à des aliments ou à des médicaments n’ont pas été exclues, mais peuvent avoir été sous-représentées.

Le PEG : un élément utilisé quotidiennement

Les deux vaccins contiennent tous deux de l’ARNm enveloppé dans des nanoparticules lipidiques (LNP) qui aident à le transporter vers les cellules humaines, mais agissent également comme un adjuvant, un ingrédient du vaccin qui renforce la réponse immunitaire. Les LNP sont « PEGylés » — attachés chimiquement aux molécules de PEG qui recouvrent l’extérieur des particules et augmentent leur stabilité et leur durée de vie.

structure nanoparticule lipidique crispr arnmstructure nanoparticule lipidique crispr arnm
Schéma de la structure de la nanoparticule lipidique contenant l’ARNm modifiée par CRISPR. Crédits : Daniel Rosenblum et al. 2020

Les PEG sont également utilisés dans les produits de tous les jours tels que le dentifrice et le shampooing, comme épaississants, solvants, assouplissants et hydratants, et ils sont utilisés comme laxatif depuis des décennies. Un nombre croissant de produits biopharmaceutiques comprennent également des composés PEGylés. On a longtemps pensé que les PEG étaient biologiquement inertes, mais un nombre croissant de preuves suggère qu’ils ne le sont pas.

Selon une étude de 2016 dirigée par Samuel Lai, pharmaco-ingénieur à l’Université de Caroline du Nord, jusqu’à 72% des personnes ont au moins des anticorps contre les PEG, probablement en raison d’une exposition à des

Article Premium


L’
article complet est uniquement accessible aux
abonnés premium (cela est valable pour certains de nos articles uniquement). Mais pas de panique, l’abonnement ne coûte que 0.9 € le premier mois !

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site et profiter de contenu exclusif tout en continuant de nous soutenir ?

Code promo : New90cent

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous pour accéder à l’article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.