Le variant du SARS-CoV-2 observé au Royaume-Uni détecté dans plusieurs pays dEurope – Le Monde

Le variant du SARS-CoV-2 observé au Royaume-Uni détecté dans plusieurs pays dEurope – Le Monde
Une médecin de l’unité de soins intensifs du centre Ayeyarwady Covid, à Mandalay (Birmanie), le 25 décembre. Une médecin de l’unité de soins intensifs du centre Ayeyarwady Covid, à Mandalay (Birmanie), le 25 décembre.

Plus de 25 millions de cas de contamination par le coronavirus ont été recensés en Europe, où le nouveau variant du SARS-CoV-2 observé au Royaume-Uni inquiète de plus en plus. Selon un bilan établi vendredi 25 décembre par l’Agence France-Presse (AFP), le Covid-19 a fait au moins 1,7 million de morts dans le monde depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de son apparition, il y a un an.

Pour contrer l’avancée galopante de la pandémie sur le continent, une campagne de vaccination doit commencer ce dimanche au sein des Etats membres de l’Union européenne.

 »
tHtml += « 

 » + d.pays + « 

 »
tHtml += « 

 » + milliers(d.morts) + « 

 »
tHtml += «  »
}
})

d3.select(« #topcinq »).html(tHtml)
if (!mobileDec) {
d3.select(« #contenanttopcinq »).style(« max-height », +((hauteurGraphes * .98) – asoustraire) + « px »);
}
}

/* on lance une première fois */
lancerLaFusee();

});

  • Début des vaccinations en Europe

L’Allemagne, la Hongrie et la Slovaquie ont commencé à vacciner leur population contre le coronavirus samedi. Ces premières vaccinations se sont déroulées la veille du lancement des campagnes de vaccination dans la plupart des autres pays membres de l’UE, Bruxelles ayant donné son feu vert au vaccin Pfizer-BioNtech le 21 décembre.

La première dose administrée sur le territoire allemand l’a été à Edith Kwoizalla, une résidente d’une maison de retraite de la région du Sachsen-Anhalt, âgée de 101 ans.

En Hongrie, c’est Arienne Kertesz, une femme médecin de l’hôpital South Pest de Budapest, qui a ouvert la voie. « J’attendais depuis longtemps de l’avoir, parce que ma capacité à travailler calmement et en sécurité en dépend », a-t-elle déclaré.

En Slovaquie, enfin, c’est Vladimir Krcmery, un spécialiste des maladies infectieuses, qui a été le premier à être vacciné (dans la ville de Nitra).

Les premières doses de vaccin ont été injectées en Italie dimanche matin à l’infirmière Claudia Alivernini et la professeure Maria Rosaria Capobianchi, directrice du laboratoire de virologie à l’hôpital Spallanzani de Rome.

Une pensionnaire d’une maison de retraite du centre de l’Espagne, âgée de 96 ans, a quant à elle été la première personne à être vaccinée dimanche dans le pays. Araceli Rosario Hidalgo Sanchez a confié, dans un sourire, ne « rien » sentir lorsque le vaccin lui a été injecté.

La France doit elle aussi entamer sa campagne de vaccination ce dimanche.

  • Des reconfinements qui touchent principalement l’Europe

Pays le plus endeuillé d’Europe (70 000 morts), l’Italie sera sous restrictions jusqu’au 6 janvier, avec des déplacements limités. Un troisième confinement est prévu en Irlande et en Autriche (même si l’ouverture des pistes des plus de 400 stations de ski que compte ce pays alpin a été autorisée – les restaurants restant, eux, à l’arrêt). Le Danemark, pour sa part, a depuis vendredi fermé ses commerces « non essentiels ».

Au Japon, le gouvernement a annoncé samedi qu’il suspendait toute arrivée de passagers étrangers sur son sol, mesure qui prend effet dès lundi et s’étend jusqu’à la fin du mois de janvier, et à laquelle ne pourront se soustraire que les résidents permanents.

Sur le continent américain, fortement touché par le virus, de nouvelles restrictions entraient en vigueur dès vendredi au Québec, avec télétravail obligatoire et fermeture des commerces non essentiels jusqu’au 11 janvier. Trois pays latino-américains (le Mexique, le Chili et le Costa Rica) ont quant à eux commencé leur campagne de vaccination après réception des premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech. L’Argentine, deuxième pays après la Biélorussie à avoir homologué le vaccin russe Spoutnik-V, a reçu les 300 000 premières doses et devrait commencer sa campagne de vaccination la semaine prochaine.

Par ailleurs, Soumaïla Cissé, principal opposant au président du Mali, et qui avait été retenu en otage pendant six mois par des djihadistes avant de se voir libéré en octobre, est mort vendredi du Covid-19 en France, à l’âge de 71 ans. Son pays, qui subit actuellement une deuxième vague épidémique, a pour sa part fermé écoles et tribunaux.

Lire aussi De Rome à Manille, les célébrations de Noël ont été limitées par le confinement
  • Le variant observé au Royaume-Uni a été détecté en France, en Espagne et en Suède

Le Royaume-Uni, où un nouveau variant du SARS-CoV-2 a été détecté, est le pays où l’épidémie accélère le plus (+ 61 %) parmi ceux ayant enregistré plus de 1 000 cas quotidiens au cours des sept derniers jours.

Une étude mise en ligne jeudi – mais pas encore parue dans une revue scientifique – a confirmé que ce nouveau variant du virus était « 50 % à 74 % » plus contagieux que les souches en circulation jusqu’alors. Selon les chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine à l’origine de l’étude, si des mesures encore plus restrictives ne sont pas prises, « le nombre des hospitalisations et des morts dues au Covid-19 atteindra des niveaux plus élevés en 2021 que ceux observés en 2020 ».

Lire aussi Covid-19 : les premières doses du vaccin sont arrivées en France, à la veille du début de la campagne de vaccination

Le variant britannique a pour la première fois été repéré en France, chez un Français résidant au Royaume-Uni, a annoncé vendredi le ministère de la santé. Un cas similaire a été signalé en Allemagne (chez une femme arrivée en avion de Londres) ainsi qu’un autre au Liban (chez un passager londonien là encore).

En Espagne, un responsable sanitaire du gouvernement régional de Madrid a annoncé samedi que quatre cas de « variant britannique » avaient été confirmés sur le territoire de la communauté autonome (il s’agit notamment de proches d’un jeune homme rentré par avion du Royaume-Uni). Les résultats de trois autres patients « suspectés » d’être porteurs de ce variant sont attendus en début de semaine prochaine.

Ce dernier a aussi été détecté en Suède, « sur une personne qui a voyagé depuis le Royaume-Uni », a indiqué l’Agence de santé publique nationale dans un communiqué. En Italie, six nouvelles personnes ont été testées positives au variant britannique du coronavirus à leur arrivée à Naples, fin décembre. Elles voyageaient depuis Londres. Cela porte à une dizaine le nombre de cas recensés dans le pays, ont indiqué samedi les autorités de santé. Samedi soir, le Canada a également annoncé avoir détecté ses deux premiers cas, dans l’Ontario.

Après l’annonce de la découverte de cette nouvelle souche, l’inquiétude avait dès le début de la semaine poussé des dizaines de pays à couper leurs liaisons aériennes, maritimes ou terrestres avec le Royaume-Uni, semant le chaos dans son approvisionnement. De telles mesures demeurent à l’ordre du jour de la part de nombreux pays, comme l’Allemagne.

Lire aussi Covid-19 : neuf questions sur le nouveau variant du SARS-CoV-2 observé au Royaume-Uni
  • L’armée britannique déployée, situation « résorbée » à Calais

Des milliers de routiers ont passé Noël dans leur camion, bloqués dans la zone de Douvres (le principal port anglais transmanche), dans l’attente d’un test négatif au Covid-19 qui leur permette d’embarquer pour le continent – qui a réautorisé le trafic à cette condition.

L’armée britannique a déployé 1 100 militaires dans la zone pour y pratiquer les tests et distribuer eau et nourriture. Grâce à cette massive opération de dépistage, plus de 4 500 camions ont pu quitter le Royaume-Uni depuis mercredi et plus de 10 000 tests – dont 24 positifs – ont été effectués, selon les autorités britanniques.

  • Israël veut vacciner un quart de sa population en un mois

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a annoncé samedi une offensive de vaccination contre le Covid-19 « sans précédent dans le monde », laquelle vise à immuniser en un mois un quart de la population d’Israël (le pays comptant près de neuf millions d’habitants au total). « Notre but (est) de vacciner 150 000 personnes par jour à partir du début de la semaine prochaine, ce qui serait un record mondial », a déclaré M. Nétanyahou.

Mais, pour mener à bien ce défi sanitaire, l’Etat dépend du débit de livraison des 14 millions de doses commandées aux laboratoires Pfizer et Moderna. « Je leur ai demandé de répondre à notre cadence. […] Ils ont dit qu’ils pensaient pouvoir y arriver », a indiqué le chef du gouvernement israélien dans un communiqué.

Depuis le début de l’épidémie, le virus a coûté la vie à plus de 3 200 personnes dans le pays. Devant la recrudescence du nombre de contaminations journalières observé ces derniers jours, le gouvernement a décrété un troisième confinement quasi-général d’au moins deux semaines et prenant effet ce dimanche.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.