Les personnes déjà contaminées par le Covid-19 auraient une immunité durable, selon une étude – M6info by MSN

Les personnes déjà contaminées par le Covid-19 auraient une immunité durable, selon une étude – M6info by MSN

Si l’on a été contaminé par le Covid-19, est-on immunisé pour une longue période ? Une étude américaine publiée lundi 16 novembre, et relayée par le « New Tork Times », s’est penchée sur la question et se montre plutôt rassurante. Cependant, elle n’a pas été examinée par des pairs. Cet été, une autre étude faisait état d’une immunité qui ne durerait que quelques mois.

Le mystère des recontaminations au coronavirus s’éclaircit peu à peu

Les données ont été récoltées auprès de 185 patients, femmes et hommes, âgés entre 19 et 81 ans. Ces patients, guéris d’une première infection au Covid-19, disposeraient, huit mois après, de cellules immunitaires suffisantes pour résister à une nouvelle infection.

Une immunité estimée entre 6 et 8 mois

Les personnes à l’origine de l’étude ont déterminé que les anticorps étaient efficaces pour résister à une réinfection entre six et huit mois suivant la contamination.

L’équipe qui a initié l’étude a analysé les composants du système immunitaire : les anticorps, les cellules B qui créent des anticorps et les cellules T qui éliminent les autres cellules infectées.

Obliger les Français à se vacciner contre le Covid ? « Ça pourrait avoir un effet désastreux »

L’équipe a constaté que la survie des anticorps était durable avec un léger déclin entre dix et huit mois après l’infection. Les cellules T connaissent également une baisse très lente dans le corps. En revanche, les chercheurs ont découvert que les cellules B ont augmenté de manière significative mais ne parviennent pas à en expliquer totalement la raison.

Seul un faible nombre de personnes faisant partie du panel de l’étude n’ont pas montré des signes d’une immunité de longue durée après leur guérison. Le faible déclin des cellules immunitaires reflète pour les chercheurs leur persistance dans le temps.

Une protection plus durable ?

Bien que ces éléments ne permettent pas d’assurer avec certitude une durée d’immunité, les chercheurs considèrent que ces éléments pointent dans le sens d’une immunité durable.

« Il n’y a aucun signe qui indique que la mémoire des cellules va soudainement s’effondrer. Cela serait inhabituel », souligne auprès du « New York Times » la docteure Akiko Iwasaki, immunologue à l’université de Yale. « En général, il y a un lent déclin au fil des années. »

Une intelligence artificielle pourrait détecter le Covid-19 grâce au son de la toux

Pour la virologue Shane Crotty du Jolla Institute of Immunology, qui a codirigé l’étude, « cette quantité de mémoire immunologique empêcherait probablement la vaste majorité des personnes d’être hospitalisées en raison de la maladie, pendant plusieurs années ».

Le docteur Bhattacharya se révèle encore plus optimiste. « Je ne pense pas que ce soit une prédiction déraisonnable de penser que ces composants à la mémoire immunologique pourraient persister des années », avance-t-il auprès du « New York Times ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.