Les troubles dépressifs ont doublé en un mois en raison de lépidémie et du confinement – M6info by MSN

Les troubles dépressifs ont doublé en un mois en raison de lépidémie et du confinement – M6info by MSN

Les effets du nouveau confinement sur le moral des Français se font sentir. C’est ce qui ressort du bulletin publié par Santé Publique France jeudi 12 novembre. Menée entre le 4 et le 6 novembre, l’étude CoviPrev met en évidence une augmentation significative des troubles dépressifs au sein de la population.

Concrètement, la présence de ces troubles dépressifs a doublé depuis fin septembre pour venir s’établir à 21 % dans l’ensemble de la population.

Serge Hefez : « Un reconfinement va aggraver la fragilité psychologique »

En parallèle, selon l’étude, « l’adoption systématique des mesures en lien avec la limitation des interactions sociales a augmenté très fortement depuis le nouveau confinement ». Ainsi, parmi les personnes interrogées, près de 56 % déclarent rester à la maison le plus possible.

Les jeunes et les inactifs particulièrement touchés

Dans le détail, la hausse la plus importante est observée chez les jeunes où la présence de troubles dépressifs a fait un bond de 16 points chez les 18-24 ans pour atteindre 29 %. Chez les 25-34 ans, la prévalence d’états dépressifs s’établit à 25 % après une hausse de 15 points.

La prévalence des états dépressifs est plus importante chez les femmes, les 18-34 ans et les personnes rencontrant des difficultés financières.

La prévalence des états dépressifs est plus importante chez les femmes, les 18-34 ans et les personnes rencontrant des difficultés financières.

Les personnes qui déclarent une situation financière très difficile ont également une forte prévalence en termes de troubles dépressifs (35 % contre 14 % chez les personnes qui ont une bonne situation financière). Chez les inactifs et les catégories sociales professionnelles inférieures, la prévalence est respectivement de 29 et 25 % tandis qu’elle s’élève à 15 % chez les CSP +

« Dans le contexte du confinement, le risque le plus évident, c’est le risque dépressif »

Sentiment d’isolement et frustration

Ces troubles dépressifs s’accentuent également chez les personnes qui déclarent souffrir d’antécédents de troubles psychologiques avec une prévalence de 30 % contre 18,5 % chez les personnes n’ayant pas d’antécédents.

Le sentiment d'isolement et de solitude font partie des principaux facteurs corrélés à la dépression selon l'étude.

Le sentiment d’isolement et de solitude font partie des principaux facteurs corrélés à la dépression selon l’étude.

Les sentiments les plus associés à cette augmentation de la dépression sont le sentiment d’isolement et la solitude.

En psychiatrie, « le manque de contact physique avec les patients aura des répercussions »

L’étude met en évidence l’inquiétude prégnante à l’égard des conséquences du confinement sur la situation économique ainsi que le sentiment d’être vulnérable au risque d’infection. Le fait que ses proches adoptent moins les gestes barrières ainsi que les sentiments de frustration et de colère sont également à même de favoriser cette progression des troubles dépressifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.