Les vaccins anti-Covid évitent-ils la transmission du SARS-CoV-2 ? – Le Monde

Les vaccins anti-Covid évitent-ils la transmission du SARS-CoV-2 ? – Le Monde
Un patient reçoit une injection du vaccin contre le coronavirus dans une clinique de Strasbourg, dans l’est de la France, le lundi 4 janvier 2021 Un patient reçoit une injection du vaccin contre le coronavirus dans une clinique de Strasbourg, dans l’est de la France, le lundi 4 janvier 2021

L’affaire est entendue : la mobilisation internationale sans précédent est parvenue à mettre au point, en un temps record, plusieurs vaccins contre le Covid-19. Trois d’entre eux, ceux de Pfizer-BioNtech, Moderna et AstraZeneca, ont reçu des agréments dans plusieurs pays occidentaux. Les agences sanitaires y ont relevé l’absence d’effets indésirables graves et surtout une efficacité impressionnante – voisine de 95 % pour les deux premiers, de 70 % pour le troisième – à éviter les symptômes du Covid. Mais ces produits écartent-ils aussi le SARS-CoV-2, virus à l’origine de la maladie ? L’empêchent-ils d’entrer dans nos cellules ? Evitent-ils qu’il en sorte pour aller contaminer d’autres personnes ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, on n’en sait, pour le moment, rien.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : course contre la montre pour enrayer la propagation du nouveau variant britannique

Le choix des laboratoires pharmaceutiques de se fixer sur les symptômes s’explique aisément. Lors des essais cliniques, repérer les symptômes (fièvre, toux, perte de goût…) chez quelques dizaines ou centaines de personnes est beaucoup plus simple – et moins cher – que de réaliser des tests virologiques chaque semaine chez plusieurs dizaines de milliers de volontaires. « Surtout, sur le plan de la santé publique, ce sont bien les malades qui posent un problème, notamment ceux qui développent des formes graves. Si le Covid-19 se contentait de nous infecter comme un rhume banal, on n’aurait pas besoin d’un vaccin », souligne Guy Gorochov, responsable du centre d’immunologie et des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

« Marges d’erreur trop importantes »

La question de la simple infection n’est pas pour autant anodine. Elle peut orienter la politique vaccinale. Si un vaccin fait véritablement barrière au virus, il peut paraître prioritaire d’immuniser les supercontaminateurs potentiels, ceux qui rencontrent beaucoup de monde – médecins, chauffeurs de bus, caissières de supermarché. Si, au contraire, il ne permet d’éviter que les symptômes, alors priorité doit être donnée aux personnes les plus susceptibles de développer des formes graves, à commencer par les personnes âgées.

C’est du reste l’argument qu’a développé la Haute Autorité de santé (HAS) dans ses recommandations. Pour l’heure, « c’est la protection individuelle des personnes à risque qui est privilégiée car ce sont les seules données dont nous disposions, expliquait au Monde Daniel Floret, vice-président de la commission technique de vaccination de la HAS, lors de la présentation de cette stratégie. Si nous obtenions de nouvelles données, nous pourrions faire évoluer nos priorités. »

Il vous reste 62.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.