Lhomme de Néandertal a peut-être hiberné pour survivre au froid extrême – Le Monde

Lhomme de Néandertal a peut-être hiberné pour survivre au froid extrême – Le Monde
Un crâne d’« Homo heidelbergensis », trouvé à Sima de los Huesos en 1992 et exposé au Musée de l’évolution humaine, à Burgos (Espagne), en 2010. Un crâne d’« Homo heidelbergensis », trouvé à Sima de los Huesos en 1992 et exposé au Musée de l’évolution humaine, à Burgos (Espagne), en 2010.

Les jours sont courts. Le temps est gris. Il commence à faire froid et sortir du lit peut sembler un véritable calvaire. A la manière des marmottes ou des loirs, certains resteraient bien en boule à dormir sous la couette en attendant le retour du printemps. C’est le principe de l’hibernation, un état d’hypothermie régulée qui permet à certains animaux de préserver leur énergie pendant les longs mois d’hiver. La chauve-souris hiberne ; le hérisson aussi ; et même le crapaud et la tortue. Alors pourquoi pas nous ?

En fait, il y a fort longtemps, les premiers êtres humains ont peut-être, eux aussi, hiberné. C’est la conclusion d’une étude parue en décembre dans la revue scientifique L’Anthropologie. Des fossiles découverts à la Sima de los Huesos (« le gouffre aux ossements »), une grotte située au nord de l’Espagne, suggèrent que nos lointains ancêtres ralentissaient leur métabolisme et dormaient pendant des mois pour supporter le froid extrême des hivers il y a des centaines de milliers d’années.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’ébouriffant ADN d’un ancêtre de 400 000 ans

La Sima de los Huesos contient des os d’hommes primitifs qui auraient vécu il y a plus de 400 000 ans. Les paléoanthropologues pensent qu’il s’agit des premiers Néandertaliens. Les nombreux fragments humains présents sur ce site en font la principale source d’information sur cette période en Europe. D’importantes découvertes ont déjà été faites dans cette grotte, qui ont contribué à débroussailler notre arbre généalogique.

Cette fois, les scientifiques affirment que les lésions observées sur les squelettes sont les mêmes que celles présentes sur les os des animaux qui hibernent, détaille le Guardian. Leur croissance osseuse aurait ainsi été perturbée pendant plusieurs mois chaque année, en l’occurrence pendant les mois les plus froids.

Les auteurs de l’étude estiment que ces premiers humains se sont trouvés « dans des états métaboliques qui les ont aidés à survivre pendant de longues périodes dans des conditions frigorifiques avec des réserves de nourriture limitées et suffisamment de réserves de graisse corporelle ». Ils ajoutent que cette « stratégie d’hibernation aurait été la seule solution pour eux afin de survivre en devant passer des mois dans une grotte à cause du froid ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Neandertal est en chacun de nous

Hibernation ou hivernation ?

Les chercheurs reconnaissent que leurs conclusions peuvent « ressembler à de la science-fiction » mais ils soulignent que de nombreux mammifères, y compris des primates, hibernent. C’est le cas par exemple des lémuriens et des galagos. « Cela suggère que la base génétique et la physiologie d’un tel hypométabolisme pourraient être préservées chez de nombreuses espèces de mammifères, y compris l’homme », écrivent-ils.

On pourrait objecter que les Inuits ou les Sami – deux peuples pourtant confrontés à des conditions climatiques extrêmes – n’hibernent pas. Comment dès lors expliquer que les habitants de la Sima de los Huesos, eux, auraient hiberné ?

L’explication des scientifiques est simple : selon eux, les poissons gras et la graisse de renne permettent à ces peuples autochtones de se nourrir tout au long de l’hiver, et ils n’ont ainsi pas à hiberner. A l’inverse, il y a un demi-million d’années, la péninsule ibérique était trop aride pour fournir assez de nourriture à Néandertal… qui a dû trouver un plan B.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Neandertal, ce qu’il dit de nous

L’hypothèse de l’hibernation est intéressante mais elle doit encore être vérifiée. Le paléoanthropologue britannique Chris Stringer souligne que les grands mammifères, comme les ours par exemple, n’hibernent pas vraiment : ils « hivernent » car ils ne peuvent pas abaisser suffisamment leur température corporelle.

Contrairement à l’hibernation, qui implique une véritable léthargie et une diminution importante de la température, l’hivernation est entrecoupée de nombreux réveils et s’accompagne d’une hypothermie modérée. Les organes vitaux restent ainsi à une température normale pour réagir en cas de danger. Or si Neandertal hivernait plutôt que d’hiberner, les besoins énergétiques de son cerveau seraient restés importants, ajoutant ainsi un nouveau problème de survie pendant cette phase de torpeur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les tribulations du chromosome Y entre « sapiens » et Neandertal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.