Où sont passées la grippe et la gastro-entérite ? – Montceau News

Où sont passées la grippe et la gastro-entérite ? – Montceau News

 

Ces dernières semaines, les communiqués gouvernementaux et des instances sanitaires ont focalisé leurs discours sur la Covid-19. Pour autant, il est des maux saisonniers dont on entend d’habitude parler et qui ont été comme oubliés… comme s’ils n’existaient plus.

La grippe, un rappel courant décembre pour la vaccination

 

La grippe saisonnière fait généralement parler d’elle dès le mois de septembre, avec son lot de conseils et surtout une incitation à se faire vacciner pour les personnes les plus sensibles. Encore récemment, plusieurs témoignages nous ont fait part de la difficulté d’obtenir le fameux vaccin, lequel était en rupture de stock dans plusieurs officines. Il fallait donc s’inscrire sur une liste d’attente pour pouvoir obtenir son vaccin.

 

Dans un communiqué datant du 8 décembre, la sécurité sociale indiquait que « La campagne 2020 de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 13 octobre 2020 et se poursuivra jusqu’au 31 janvier 2021 en France métropolitaine, Martinique, Guadeloupe et Guyane. ».

 

Où en sont les indicateurs concernant la grippe cette année ?

 

D’abord Santé Publique France indique : « Dans le contexte de la pandémie liée au SARS-CoV-2, les indicateurs épidémiologiques de la grippe de la saison 2020-21 et plus particulièrement la surveillance des syndromes grippaux sont impactés par la surveillance liée à la COVID-19.

Dans la situation actuelle, la surveillance de la grippe repose uniquement sur les diagnostics confirmés de grippe : données virologiques, cas graves de grippe admis en réanimation et les signalements d’épisodes d’infections respiratoires aigües liés à la grippe dans les collectivités de personnes âgées. Ce bulletin évoluera en fonction de la situation épidémiologique. »

 

Ce qu’il faut retenir des chiffres, c’est que la grippe saisonnière semble se faire plutôt discrète cette année.

 

Depuis la semaine 40

Nombre de cas graves de grippe admis en réanimation : 0

Nombre d’épisodes d’infections respiratoires aigües liés à la grippe dans les collectivités de personnes âgées : 0

Nombre de prélèvements positifs pour la grippe identifiés dans le cadre de la surveillance en médecine ambulatoire du réseau Sentinelles : 1

Nombre de prélèvements positifs pour la grippe identifiés par les laboratoires hospitaliers notifiés au Centre national de référence (CNR) des virus respiratoires (dont la grippe) : 10

 

Depuis le 5 octobre 2020, aucun cas grave de grippe n’a été signalé par les services participant à cette surveillance (Figure 1).

 

Depuis la semaine 40, pour environ 10 000 collectivités de personnes âgées recensées en France, 13 épisodes de cas groupés d’infection respiratoire aiguë (IRA)2 non liés au SARS-CoV-2 ont été signalés à Santé publique France (Figure 2). Aucun cas de grippe confirmé n’a été identifié parmi ces épisodes notifiés.

En parallèle, les données des médecins de ville confirment la faible présence de la grippe saisonnière. Les prélèvements sont réalisés dans le cadre de la surveillance du Réseau Sentinelles des infections respiratoires aiguës (IRA) observée en médecine générale en France métropolitaine.

Depuis la semaine 40, parmi les 436 prélèvements naso-pharyngés analysés, 1 virus grippal de type B/Victoria a été détecté (Figure 3).

 

Les différentes figures fournies par Santé Publiques France permettent de comparer plusieurs saisons et de constater l’absence de circulation de la grippe cette saison.

 

Enfin en milieu hospitalier (réseau RENAL), depuis la semaine 40, parmi les 20 073 résultats transmis au CNR (Centre National de Référence), 10 prélèvements se sont avérés positifs pour un virus grippal (Figure 4) :

► 6 virus de type B détecté, dont 1 chez un patient de retour de voyage en Afrique de l’Ouest ;

► 3 virus de type A(H3N2) détectés, dont 1 chez un patient également de retour de voyage en Afrique de l’Ouest et 1 virus de type A non sous-typé.

 

Plus globalement, en Europe, depuis le début de la surveillance en semaine 40 jusqu’en semaine 51, les différentes agences sanitaires ont ainsi identifié :

− 7 virus grippaux (2 virus A non sous-typés et 5 virus B sans lignage connu) ont été détectés parmi les 11 060 prélèvements réalisés en médecine de ville testés pour la grippe, rapportés par des réseaux sentinelles ;

− 390 virus grippaux ont été détectés parmi les 148 868 prélèvements réalisés en milieu institutionnel (hôpitaux, établissements pour personnes âgées, etc…) testés pour la grippe (29 A(H3N2), 9 A(H1N1)pdm09, 158 virus A non sous-typé, 3 B/Victoria, 1 B/Yamagata et 190 virus B sans lignage connu).

 

Une surveillance de la grippe qui a évoluée

 

Jusqu’au début de l’année 2020, la surveillance des épidémies de grippe saisonnière par le réseau Sentinelles reposait sur le suivi des cas de « syndromes grippaux » (définis par une fièvre supérieure à 39°C, d’apparition brutale, accompagnée de myalgies et de signes respiratoires), vus en consultations de médecine générale et pédiatrie.

En mars 2020, à la suite de l’apparition du SARS-CoV-2 (COVID-19), la surveillance Sentinelles a évolué. L’indicateur suivi est maintenant celui des « infections respiratoires aiguës » (IRA) (définies par l’apparition brutale de fièvre (ou sensation de fièvre) et de signes respiratoires), vues en consultation de médecine générale et pédiatrie.

Cette surveillance des IRA permet non seulement de suivre l’évolution de la grippe saisonnière, mais aussi celle de la COVID-19 et d’autres infections virales responsables d’IRA (VRS, rhinovirus et métapneumovirus notamment), grâce au couplage d’une surveillance virologique également effectuée par les médecins Sentinelles. L’ensemble des données recueillies permet ainsi d’estimer le nombre de cas de COVID-19 ou de grippe parmi ces cas d’IRA vus en médecine générale et pédiatrie en France métropolitaine.

On retiendra ainsi la très faible présence de la grippe au niveau national comme au niveau de la Bourgogne.

 

Et la gastro-entérite ? Elle est quasiment absente cette année ! La faute aux gestes sanitaires ! Selon plusieurs professionnels de santé interrogés ces dernières semaines.

 

En France métropolitaine, la semaine dernière (2020s52), le taux d’incidence des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé à 39 cas pour 100 000 habitants. Ce taux est en légère diminution par rapport à la semaine 2020s51 (données consolidées : 62 ]), et inférieur à ceux observés habituellement en cette période.

Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Pays de la Loire (166), Provence-Alpes-Côte d’Azur (84) et Corse (65). Le taux d’incidence en Bourgogne Franche-Comté est de 14 pour 100 000.

 

L’invitée surprise de cette saison : la varicelle

 

Cette saison, les chiffres de la varicelle sont plus parlants que ceux de la grippe ou de la gastro-entérite.

Ainsi en France métropolitaine, la semaine dernière (2020s52), le taux d’incidence des cas de varicelle vus en consultation de médecine générale a été estimé à 18 cas pour 100 000 habitants. Ce taux est en augmentation ces dernières semaines (données consolidées pour la semaine 2020s51 : 16), avec un niveau se rapprochant de ceux observés habituellement en cette période.

 

Il y a très clairement une certaine inégalité territoriale dans l’évolution de la varicelle. Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Corse (60), Hauts-de-France (51), Normandie (43) et Centre-Val de Loire (43).

 

En Bourgogne Franche-Comté, le taux d’incidence est de 11.

 

L’agence Santé Publique France ainsi que la Sécurité sociale recommandent de poursuivre l’application des gestes d’hygiène et sanitaires en se lavant régulièrement les mains et en utilisant des mouchoirs à usage unique.

Si la varicelle semble revenir à des taux coutumiers des précédentes saisons, les données collectées montreraient une baisse notable de la présence des virus grippaux et de la gastro-entérite dont l’origine peut être les mesures sanitaires mises en place à présent depuis plusieurs mois.

 

Quant au vaccin contre la grippe saisonnière, il est encore possible de se le faire faire jusqu’à la fin du mois, soit par votre médecin de ville, votre pharmacien ou une infirmière libérale à votre domicile.

 

EM

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.