Premier décès dun homme en France à cause de la rage transmise par une chauve-souris – Midi Libre

Premier décès dun homme en France à cause de la rage transmise par une chauve-souris – Midi Libre

Un sexagénaire a succombé à une inflammation du cerveau après avoir contracté la rage. Il est mort au CHU de Limoges en août 2019. Le diagnostic a été révélé ce mercredi 6 janvier par l’Institut Pasteur.

L’homme est mort en août 2019 au CHU de Limoges d’une encéphalite, une inflammation du cerveau, mais l’origine de cette inflammation était inconnue à l’époque.

Le diagnostic établi par le Centre national de référence (CNR) de la rage en novembre 2020 a été reconfirmé ce mercredi 6 janvier par l’Institut Pasteur.

Une analyse ADN a été effectuée après la mort du patient et les causes ont été identifiées : il s’agit d’une infection à la rage, l’homme aurait été griffé ou mordu par une chauve-souris. 

En effet, les analyses à l’hôpital ont révélé qu’il avait contracté un lyssavirus, l’European Bat LyssaVirus de type 1 (EBLV-1), qui comme son nom l’indique se développe chez les chauves-souris. 

Le patient avait été en contact avec des chauves-souris qui nichaient dans son grenier, comme l’ont affirmé ses proches.

Diagnostic confirmé grâce à un programme

Comme le précise la publication scientifique qui fait état de ses recherches : « Le diagnostic de rage n’avait pas été évoqué par les cliniciens pendant le séjour en réanimation du patient. Ce diagnostic a été obtenu dans le cadre d’un programme de métagénomique clinique. Ce programme, fruit d’une collaboration entre l’Hôpital Necker et l’Institut Pasteur, vise à identifier les causes des encéphalites non documentées grâce à l’analyse du contenu génétique d’échantillons prélevés après le décès des malades. »

D’après les chercheurs, il s’agit d’un cas exceptionnel. En effet, seul un autre cas humain d’encéphalite causé par cette souche a été confirmé en Russie en 1985, un autre non confirmé virologiquement a également été évoqué en Ukraine en 1977.

Deux autres cas de rage humaine ont été décrits en Finlande en 1985 et au Royaume-Uni en 2020 mais il s’agissait d’une autre espèce de lyssavirus de chauves-souris.

Un cas de rage de ce virus a été rapporté chez un chat de Source-Seine en Côte-d’Or en mai 2020, qui avait présenté une modification brutale de comportement avec agressivité et signes neurologiques. Il a été euthanasié.

La rage éradiquée depuis 2001 en France

Ce type de diagnostic permet de connaître l’existence de la rage sur notre territoire. Laurent Dacheux, responsable adjoint du centre national de référence de la rage à l’Institut Pasteur précise que « la rage est officiellement éradiquée depuis 2001 en France », comme le rapporte 20Minutes.

Avant d’ajouter que ce cas est une première sur notre territoire : « Cela fait 35 ans qu’un décès de ce type n’était pas arrivé dans le monde. Et en France métropolitaine, il s’agit bien d’une première. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.