Sida et coronavirus, quand les recherches convergent – Journal La Croix

Sida et coronavirus, quand les recherches convergent – Journal La Croix

Si la planète entière est aux prises avec le coronavirus, il est une épidémie à ne pas oublier : celle du sida. Les progrès rapides dans la lutte contre le Covid impressionnent et nous interpellent, à l’inverse de ceux contre le VIH, qui patinent après de nettes améliorations des traitements. « Face au sida, nous partions de rien, tient à rappeler Morgane Bomsel, virologue à l’institut Cochin. Là, nous connaissions déjà bien les coronavirus en raison des deux précédentes épidémies, de Sras et de Mers. »

Bien qu’il s’agisse dans les deux cas de virus à ARN, les mécanismes d’infection – et bien évidemment les symptômes – du VIH et du Sras-Cov-2 n’ont rien à voir. Le rétrovirus responsable du sida s’intègre dans le noyau des cellules, contrairement au coronavirus. Il est donc nettement plus difficile de le combattre, de l’arrêter, ou même de le cibler.

En conséquence aussi, le VIH induit une maladie chronique, là où le Sras-Cov-2 n’est que ponctuel. « Dans une infection virale aiguë, il apparaît plus important de faire des vaccins rapidement, tandis que pour une maladie chronique, on va privilégier les traitements », rappelle Brigitte Autran, du centre d’immunologie et des maladies infectieuses. Autrement dit, il est assez normal d’avoir des vaccins contre le Covid-19, dont l’issue se joue en quelques semaines, et des traitements contre le sida, avec lequel il faut vivre toute sa vie.

Le VIH est un virus bien plus complexe

Pour autant, les vaccins contre le coronavirus ont largement bénéficié de la recherche contre le sida. « N’arrivant à pas mettre au point un vaccin contre le VIH avec des méthodes traditionnelles, nous avons commencé à imaginer des vaccins à vecteurs recombinant », raconte Brigitte Autran. Une technique que l’on retrouve dans certains produits contre le Covid, comme le Spoutnik V russe ou celui d’AstraZeneca. Depuis le 1er janvier d’ailleurs, le consortium Reacting de l’Inserm, très mobilisé contre le Covid, et l’agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales ont été fusionnés en une seule entité.

Mais alors pourquoi les vaccins contre le coronavirus arrivent avant ceux contre le VIH ? Tout simplement parce que le VIH est un virus bien plus complexe à cerner, et qui mute beaucoup trop vite. « Le VIH possède des mécanismes d’échappement au système immunitaire extrêmement poussés, confirme Brigitte Autran. Un patient infecté par le VIH produit environ un milliard de mutants par jour, soit autant que le nombre de mutants de la grippe sur toute la planète en une année. » Sachant que l’on change déjà de vaccin contre la grippe chaque année…

Bonne nouvelle toutefois venue de la recherche sur le coronavirus : la souplesse technologique et la rapidité de développement des vaccins à ARN, type Pfizer. « Cela n’apportera aucun miracle et les problèmes spécifiques à un vaccin contre le VIH ne changeront pas, mais peut-être ira-t-on plus vite dans les tests », veut croire la spécialiste. « Développer des vaccins pour les voies respiratoires afin d’éviter la transmission du coronavirus serait aussi une bonne avancée pour d’éventuels vaccins contre le VIH, pour bloquer la transmission du virus dans les muqueuses génitales », ajoute Morgane Bomsel.

Gestes barrières et protection contre le sida

Au-delà des découvertes médicales, l’épidémie de sida a apporté des expériences sur la logistique du déploiement et de l’accès aux médicaments, notamment dans les pays les plus pauvres. Expériences qui pourront servir à éviter, peut-être, des « couacs » avec les vaccins anti-Covid.

→ CHRONIQUE. Sida, cette « peste des temps modernes » qui n’empêche plus de vivre

Les spécialistes des maladies infectieuses espèrent aussi que le discours sur les gestes barrières, bien ancrés dans les pratiques avec l’épidémie de coronavirus, permettra de relancer la communication autour des mesures de protection contre le sida.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.