Sil vous plaît, faites-vous vacciner – Libération

Sil vous plaît, faites-vous vacciner – Libération

Tribune. Nous sommes fin mars 2020. Depuis plusieurs semaines maintenant, nous augmentons jour après jour le nombre de lits de réanimation de notre hôpital. Il y a désormais plus de 60 lits de réanimation, deux fois plus qu’en temps normal. Cinq médecins réanimateurs dorment à l’hôpital tous les soirs, contre deux médecins habituellement. Il faut s’occuper des patients hospitalisés, très souvent intubés et endormis profondément, parfois même mis sur le ventre. Il faut également s’occuper des appels incessants du Samu qui cherche des lits disponibles pour accueillir des patients en réanimation. Le téléphone sonne quasiment en continu. Et puis, il faut aller voir régulièrement ces quatre ou cinq patients que nous avons laissés dans les salles d’hospitalisation traditionnelle, faute de place en réanimation, sous de très forts débits d’oxygène et qui nécessiteraient d’être surveillés de plus près. Cinq médecins, ce n’était pas trop.

À lire aussiVaccin anti-Covid : à vos masques, prêts, piquez

Cette nuit-là, il aura fallu également répondre plusieurs fois au téléphone pour parler à la famille de monsieur V., un patient d’une quarantaine d’années hospitalisé en réanimation pour une forme foudroyante de pneumonie Covid. Cette famille, qui n’avait pas le droit à l’époque (et comme toutes les autres familles) de sortir de chez elle, de se rendre à l’hôpital et d’espérer pouvoir apporter un peu de réconfort à leur proche ou en puiser un peu auprès de lui en pouvant le voir, le toucher, lui parler. Nous ne comptons plus le nombre d’appels qu’il y a eu cette nuit-là et toutes celles qui l’ont précédée. Ils nous imploraient et nous suppliaient d’administrer de l’hydroxychloroquine à leur proche. Parfois avec des larmes, parfois avec des cris.

Quand bien même nous aurions cru aux prophéties de l’époque, ce médicament n’aurait eu pour vocation que d’éviter la maladie ou d’éviter une forme grave. Dans tous les cas, c’était déjà trop tard. Monsieur V. est décédé quelques jours plus tard. Malgré les interdictions en vigueur, nous avions fait venir ses proches auprès de lui quelques minutes avant son dernier souffle.

Médecine de preuves

Monsieur V. n’est pas décédé parce qu’il n’a pas eu d’hydroxychloroquine. Monsieur V. est décédé parce que la médecine n’a pas réussi à le sauver. Monsieur V. est décédé parce que la science du mois de mars 2020 ne savait pas quelle était la bonne thérapeutique pour éviter cela. Aujourd’hui, nous savons.

Qu’on le veuille ou non, la médecine française, la médecine européenne, la médecine du monde occidental est une médecine de preuves. Nous avons cru pendant des mois avoir la solution sous nos yeux, cachée subtilement dans un médicament qui existerait déjà et que nous utiliserions tous les jours, mais pour lequel nous serions incapables d’en voir les facultés aseptisantes. Maintenant que nous avons une solution sous nos yeux, nous ne voulons plus voir.

La médecine de preuves, pragmatique, scientifique, n’est peut-être pas la meilleure manière de la pratiquer mais c’est celle que la société et nos ancêtres ont choisie au cours du temps. C’est celle qui est enseignée dans toutes les facultés de médecine et qui est pratiquée partout en France, en Europe, en Occident. Elle n’est pas parfaite. Elle ne permet pas de guérir tout le monde ni de soigner toutes les maladies. Mais elle est notre repère.

L’être humain n’est pas toujours exact

Une solution est là. Oui, nous le savons, beaucoup de gens feront des réactions mineures à l’injection du vaccin. Quelques personnes feront probablement des réactions plus graves et certaines en décéderont peut-être, indéniablement. Le moins possible, nous l’espérons. Certaines personnes ne seront pas suffisamment protégées par le vaccin et attraperont tout de même le coronavirus. Certains diront «ça n’a servi à rien». D’autres diront «je n’aurais pas dû». Oui, tout cela est vrai. Cette pandémie a fait prendre conscience à la population que la médecine n’est pas une science exacte. L’être humain n’est pas toujours exact.

Les mêmes personnes qui étaient prêtes à intoxiquer la population tout entière de médicaments détournés de leur intérêt initial et associés à des effets indésirables notables sont aujourd’hui les premières à retrouver un faux-semblant d’esprit scientifique et à tenter de décrier l’intérêt d’une vaccination de masse, tant attendue par la population il y a encore peu de temps.

Humanité, société et respect

Après plus de huit mois d’une lutte acharnée, nous nous apprêtons à débuter un nouveau combat. Pendant des mois, la société nous a torturé l’esprit en nous demandant quelles seraient, le cas échéant, nos stratégies de triage ou de priorisation pour l’admission des patients en réanimation. Pendant des mois, des milliers de patients ont eu le sentiment d’avoir de la chance d’être hospitalisés en réanimation, tellement la peur de suffoquer à l’entrée de l’hôpital sans pouvoir y entrer se faisait sentir. Ils ont parfois même culpabilisé d’avoir pris la place de quelqu’un d’autre. Pourtant, il serait maintenant si simple de ne plus avoir à mener ces réflexions insolvables.

Il n’est plus question de croyances. Il n’est pas non plus question de politique. Il s’agit d’une question d’humanité, de société et de respect. Vaccinons-nous !

Vous souhaitez proposer une tribune à Libé ? Ecrivez à idees@liberation.fr.


Un médecin anesthésiste-réanimateur à l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.