Un rarissime cas mortel de rage transmise par une chauve-souris identifié – Le Parisien

Un rarissime cas mortel de rage transmise par une chauve-souris identifié – Le Parisien

Le cas est rarissime. Un homme âgé d’une soixantaine d’années est décédé au CHU de Limoges après avoir été griffé ou mordu par une chauve-souris. Hospitalisé en juillet 2019, il était tombé dans le coma et avait trouvé la mort le 29 août 2019, d’une encéphalite. Une inflammation du cerveau au départ inexplicable qui avait nécessité des analyses poussées à l’hôpital Necker de Paris. Grâce à un partenariat avec l’Institut Pasteur, visant à identifier les causes des encéphalites non documentées, les échantillons génétiques prélevés post-mortem sur le patient ont finalement parlé.

Le verdict est tombé cet automne : le patient avait bien la rage après avoir contracté l’European Bat LyssaVirus de type 1 (EBLV-1) qui circule chez les chauve-souris. Un cas exceptionnel, évoqué de manière confidentielle en novembre 2020 dans un article de vulgarisation scientifique sur le site mesvaccins.net, repris et détaillé par le quotidien le Populaire du Centre.


« On n’avait jamais eu un tel cas. C’est la première fois que cela arrive en France métropolitaine. Cela fait 35 ans que ce n’était pas arrivé au niveau mondial », reconnaît Laurent Dacheux, responsable adjoint du centre national de référence de la rage à l’Institut Pasteur. Un cas identique a été répertorié en 1985 en Russie. Les deux autres décès, en 1985 en Finlande et en 2002 en Ecosse, concernaient des chiroptérologues, des scientifiques qui travaillent sur les chauves-souris avec qui ils sont en contact direct. Ils avaient contracté un lyssavirus de type EBLV-2. Différent donc, de celui du patient limougeaud. Reste à savoir comment ce dernier, qui ne travaillait pas dans le domaine, a réussi à l’attraper.

Selon sa famille interrogée par le corps médical, l’homme ne possédait pas d’animal de compagnie susceptible de transmettre la rage, n’avait pas voyagé en Afrique ou en Asie où le virus est plus présent. Seule hypothèse avancée : la colonie de chauve-souris, présente au-dessus de sa tête, dans son grenier avec laquelle il a donc, à un moment donné, été en contact.

Une maladie officiellement éradiquée en France

En France, la rage est officiellement éradiquée depuis 2001. « Le dernier cas concernant les animaux non volants remonte à 1998. Il s’agissait d’un renard. Dans notre pays, seules les chauves-souris en sont encore vecteur. Au niveau mondial, sur 60 000 décès annuels liés à cette maladie, elles ne représentent que 1 % des cas », continue Laurent Dacheux. Beaucoup sont en revanche dus à des morsures de chien.

Le scientifique se veut rassurant : « Le risque est connu et maîtrisé. Mais la population générale n’est pas vaccinée contre la rage. Il faut donc éviter de toucher une chauve-souris si elle est à terre par exemple. Si on est mordu, il faut se rendre immédiatement dans un centre de vaccination. On peut alors éliminer le virus avant qu’il n’atteigne le système nerveux central. »

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

Le problème reste l’absence de symptômes. « On ne se sent pas malade et le virus peut mettre du temps à atteindre le cerveau », indique-t-on à l’Institut Pasteur. Si tel est le cas, c’est la mort assurée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.