Vaccination : «On est engagé dans une course de vitesse contre les variants» – Le Parisien

Vaccination : «On est engagé dans une course de vitesse contre les variants» – Le Parisien

Jean-Michel Claverie est virologue et spécialiste en santé publique à l’université d’Aix-Marseille. Alors que le nombre de nouveaux cas de contamination au variant anglais ne cesse d’augmenter, il juge d’autant plus primordial une campagne de vaccination éclair.

Après le variant anglais du Covid-19, le variant sud-africain, on vient de détecter au Japon un troisième virus mutant sur des personnes venant du Brésil… Faut-il s’inquiéter de s’inquiéter de ces clones ?

JEAN-MICHEL CLAVERIE. Il ne faut pas que ces mutants beaucoup plus contagieux prennent le pas sur la souche actuelle. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a décidé de vacciner en priorité les régions où le virus circule le plus vite. Avec les vaccins dont on dispose, on est maintenant clairement engagé dans une course de vitesse contre ces mutants. Pour l’instant, ces mutants ne semblent pas dégénérer en des souches plus mortelles, mais cela peut se produire.

Pourquoi un virus mute-t-il ?

C’est sa façon de survivre, à chaque fois qu’un virus pénètre dans vos cellules, il se modifie rien qu’en se répliquant : par rapport au virus initial qui vous a contaminé, il va y avoir au moins une à deux différences. Heureusement, toutes les mutations détectées à ce jour n’ont pas fondamentalement changé la carte d’identité du Sars-Cov-2. Il utilise toujours la même clé pour entrer dans nos cellules, la protéine Spike, celle que tous les vaccins existants ou en cours de développement ciblent.

PODCAST. D’où vient réellement le Covid-19 ? L’origine du virus et ses mystères

Les deux fabricants de vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna assurent que leur vaccin reste efficace contre le virus anglais et le sud-africain, qui circulent déjà en France…

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

C’est une bonne nouvelle. Mais cela n’empêche pas qu’il faille accélérer la vaccination… Actuellement, on est sur un rythme de 15 000 nouvelles contaminations quotidiennes en France, alors que tout le monde ne se fait pas tester. C’est un niveau de circulation virale préoccupant. Plus vous laissez les gens s’infecter, plus vous prenez le risque de voir apparaître de nouvelles souches plus ou moins préoccupantes. Un jour ou l’autre, l’une d’elles finira par déjouer la réponse immunitaire induite par les vaccins actuels ou carrément passer par la porte de derrière en utilisant une nouvelle clé.

La technique des vaccins à ARN messager permettra-t-elle de faire face ?

C’est une technologie fantastique. Avec elle, effectivement, en quelques semaines, vous pouvez modifier le design du vaccin. Mais, sauf à prendre des risques inconsidérés en termes de santé publique, si le virus changeait radicalement d’angle d’attaque, il faudra à nouveau tester le vaccin. Ceux de Pfizer et de Moderna ont mis 8 à 9 mois pour aboutir, phases d’essai incluses. C’était déjà une prouesse. Pourra-t-on aller réellement aller plus vite? Je demande à voir.

Quel serait le rythme idéal de la vaccination pour prendre de vitesse le virus ?

Pour cela, il faudrait vacciner au moins 100 000 personnes par semaine. Plus vite on se rapprochera du seuil d’immunité collective de 60 % à 75 % de la population, moins le virus aura le temps de ruser et de s’adapter à la pression vaccinale. Les vaccins, c’est bien, mais pour relâcher la pression sur les hôpitaux, il faudrait pouvoir maintenant les coupler avec des antiviraux aussi efficaces que ceux qu’on a trouvés pour les personnes infectées par le VIH. Cela permettrait au moins de limiter le nombre de formes graves qui va mécaniquement augmenter si les formes mutantes, beaucoup plus transmissibles, deviennent comme au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, les lignées dominantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.