Vaccination : y a-t-il eu des ratés dans la technique dinjection ? – LCI

Vaccination : y a-t-il eu des ratés dans la technique dinjection ? – LCI

AJUSTEMENTS – Des internautes s’étonnent en voyant des soignants réaliser un pli cutané lors de vaccinations, alors que Pfizer le déconseille. Côté ministère, des consignes erronées ont été signalées et rapidement corrigées.

Téléspectatrice de TF1, Joceline a contacté l’équipe des Vérificateurs à l’adresse lesverificateurs@tf1.fr. Elle s’étonne en effet de voir que sur de nombreuses images, « le personnel qui injecte le vaccin forme ‘un pli’ en pinçant la peau, comme pour une injection sous-cutanée ». Une technique qui l’interpelle puisqu’en théorie, nous dit-elle, il convient de procéder à « une injection intramusculaire », pour laquelle « le protocole prévoit de tendre la peau avant l’injection. Donc totalement l’inverse. »

Sa surprise rejoint celle d’internautes qui s’expriment sur les réseaux sociaux et partagent des remarques similaires. Ils s’interrogent notamment sur l’efficacité du vaccin dès lors qu’il n’est pas administré de manière correcte. Le ministère de la Santé, qui a communiqué auprès des soignants pour détailler la procédure à suivre, a en tout cas mis à jour ses recommandations, potentiellement inadaptées dans un premier temps.

Toute l’info sur

Les mises en garde de Pfizer

Il existe plusieurs techniques pour effectuer une injection. Le site « vaccination info service » explique ainsi que « la grande majorité des vaccins sont inactivés (absence de particule vivante) et sont injectés par voie intramusculaire profonde ». Mais on peut noter que « les vaccins vivants atténués sont injectées par voie sous-cutanée », ou bien encore que le BCG, qui lutte contre la tuberculose, est pour sa part « injecté par voie intradermique »

Les premières vaccinations en France ont été réalisées avec le vaccin développé par Pfizer. Le laboratoire recommande « d’administrer le vaccin par voie intramusculaire », ce qui signifie que les soignants doivent piquer en profondeur afin d’atteindre le muscle. « Ce qu’il ne faut pas faire, c’est faire un pli cutané, injecter à 45 degrés et utiliser une petite aiguille », glisse à France 2, Stéphane Gaudry, professeur de médecine intensive à l’hôpital Avicenne (Bobigny). Il préconise ainsi d’injecter « perpendiculairement avec une aiguille de bonne taille ».

Lire aussi

Une consigne qui ne semble pas avoir été efficacement transmise au début de la campagne de vaccination, et qui a suscité les réactions évoquées plus haut. Le guide édité par le ministère de la Santé a entretenu la confusion : jusqu’au 6 janvier, il était en effet conseillé de « faire un pli cutané » avant de procéder à l’injection. Ce qui a logiquement fait réagir des médecins, qui se sont étonnés d’une telle recommandation. La Direction générale de la santé (DGS) a admis qu’elle avait réalisé une erreur et s’est alors empressée de modifier ses documents. Désormais, ils indiquent aux soignants qu’il est nécessaire de « tendre fermement la peau entre l’index et le pouce sans faire de pli cutané ».

Ce couac s’accompagne d’autres désagréments. Des médecins ont en effet souligné que les aiguilles fournies avec les vaccins par les autorités sanitaires n’étaient pas toujours adaptées. Sur France Info, le chef du pôle pharmaceutique du CHU de Nice Rémy Collomp les a jugées « inadaptées par rapport à la forme du vaccin Pfizer/BioNTech ». Celui-ci devant être administré en profondeur dans le muscle, il estimait nécessaire de disposer d’une « une aiguille plus profonde ». Ne pas atteindre le muscle serait problématique : un spécialiste a indiqué au Figaro que cela « augmente le risque d’inefficacité » puisque les « nanoparticules lipidiques pourraient libérer leur contenu (l’ARN messager) dans la graisse de l’hypoderme ». Notons toutefois que le laboratoire Pfizer, lui, ne se prononce par sur le type d’aiguille à utiliser, laissant aux autorités sanitaires des différents pays la responsabilité du choix des modèles.

En résumé, il est donc exact de dire que des approximations ont été constatées au début de la campagne de vaccination. Les consignes techniques fournies par le ministère de la Santé étaient erronées, si bien que la DGS a revu sa copie pour apporter des correctifs. Désormais, il est précisé explicitement que l’injection doit être réalisée par voie intramusculaire, avec une peau tendue fermement sans réaliser de pli cutané.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N’hésitez pas à nous écrire à l’adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT – Covid-19 : le variant anglais retrouvé dans 1% des tests positifs en France

2021-01-12T21:42:00.000Z

Eugene Goodman, le policier héroïque du Capitole qui a trompé les manifestants pro-Trump

2021-01-12T09:35:00.000Z

La fin du mandat de Donald Trump annoncée prématurément… par le site du département d’État

2021-01-12T09:26:49.042Z

Covid-19 : vers une généralisation du couvre-feu à 18h partout en France ?

2021-01-11T21:49:36.986Z

Hard-discount : comment Action casse les prix et envahit la France

2021-01-11T08:53:00.000Z

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.