Vaccins COVID : un expert en essais cliniques explique pourquoi nous devrions être optimistes – Trust My Science

Vaccins COVID : un expert en essais cliniques explique pourquoi nous devrions être optimistes – Trust My Science
Auteur : Mark Toshner, Directeur de la recherche biomédicale translationnelle, Université de Cambridge.

Je suis un geek des essais cliniques. J’entends constamment des gens parler des « sept à dix ans » qu’il faut pour développer un vaccin et du danger qu’il y a à accélérer le processus. Le mot qui revient sans cesse est « précipité », et cela rend la personne moyenne nerveuse quant à la sécurité des vaccins. Donc, en tant que médecin spécialiste des essais cliniques, je vais vous dire ce que je fais pendant la plus grande partie de ces dix ans — et ce n’est pas grand-chose.

Je ne suis pas paresseux. Je soumets des demandes de subventions, je les fais rejeter, je les soumets à nouveau, j’attends un examen, je les soumets à nouveau ailleurs, parfois dans une boucle de désespoir. Lorsque j’ai la chance de faire financer des essais, je passe ensuite des mois à me soumettre aux comités d’éthique.

J’attends les régulateurs, je m’occupe des changements de personnel au sein de la société pharmaceutique et d’un « changement d’orientation » loin de mes essais, et finalement, si j’ai beaucoup de chance, je passe du temps à mettre en place des essais : trouver des emplacements, des sites de formation, paniquer parce que le recrutement est mauvais, trouver plus de sites. J’ai alors généralement plus de problèmes de réglementation et, enfin, si mon « stock de chance » n’est pas épuisé, je pourrais avoir des essais viables — ou non.

À ce stade, l’essai peut être retardé en raison de questions sur la rentabilité ou de tout autre obstacle. Je ne vais même pas entrer dans les détails de ce qu’il se passe pour les études « précliniques », celles avant les essais sur l’Homme.

Dix ans pour développer un vaccin est une mauvaise chose

Alors la prochaine fois que quelqu’un s’inquiète de la vitesse étonnante à laquelle les essais de vaccins ont eu lieu, faites-lui remarquer que dix ans n’est pas une bonne chose, c’est une mauvaise chose. Ce n’est pas dix ans parce que c’est sûr, ce sont dix années difficiles de lutte contre l’indifférence, les impératifs commerciaux, le manque de chance et la bureaucratie. Tout cela représente des obstacles dans des processus dont nous avons maintenant prouvé qu’ils sont « faciles » à surmonter.

Vous avez juste besoin de liquidités illimitées, de personnes intelligentes et très motivées, de toute l’infrastructure d’essai mondiale, d’un pool presque illimité de volontaires d’essai altruistes et merveilleux et de régulateurs sensés. Avec tout cela et une pandémie mondiale qui tue des gens à chaque seconde, il s’avère que nous pouvons faire des choses incroyables. Une révolution dans la façon dont nous faisons des essais qui, quand on y pense, n’est peut-être pas si surprenante étant donné notre capacité à innover quand nous en avons vraiment besoin.

Et nous en avons vraiment besoin — la nécessité étant la mère de l’invention. La sécurité n’a pas été compromise. Tous les essais sont passés par les « phases » ou processus corrects de tout médicament ou vaccin normal. Des centaines de milliers des meilleurs d’entre nous se sont portés volontaires et ont eu un vaccin expérimental. Le monde observait cela de si près que lorsqu’une seule personne tombait malade, nous en débattions tous.

À ce jour, il n’y a pas eu un seul décès lié aux vaccins COVID et seulement une poignée d’événements potentiellement graves. Imaginez simplement observer tous les habitants dans une petite ville pendant six mois et signaler chaque crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, état neurologique ou tout ce qui pourrait être jugé grave. À quel point est-ce étonnant ? Ce fut un triomphe de la science médicale.

Je n’ai même pas évoqué le heureux hasard du calendrier qui a fait que tout cela s’est produit à un moment où le séquençage de tous les gènes d’une personne ou d’un virus est si routinier que personne ne s’en soucie. Cela a donné un coup de fouet à la science préclinique, dont on avait besoin comme pierre angulaire pour plusieurs nouvelles technologies. Et c’est arrivé au bon moment pour les exploiter.

À l’heure actuelle, trois vaccins ont déjà brisé le silence et démontré une efficacité supérieure à ce que nous avions espéré. La barre a été fixée par les régulateurs à environ 50%. Moderna et Pfizer ont tous deux fait état d’une efficacité de 95%, et l’université d’Oxford a fait état d’une efficacité de 90% pour un schéma posologique particulier. Les données sur la sécurité doivent encore arriver, mais le bilan des vaccins est excellent, et je suis optimiste.

Plus de publicité + Articles premium ?

Abonnez-vous pour seulement 1,3€/mois !

Code promo 35% de rabais (uniquement pour les 1000 premiers !) : 0pub35pourcent

Rien de tout cela n’est destiné à minimiser les défis qui nous attendent encore. Cela ne veut pas dire non plus que les vaccins sont dépourvus de questions de sécurité auxquelles il faut encore répondre. Il s’agit toutefois d’un triomphe de bons procédés et de personnes remarquables. Je suis persuadé que lorsque les autorités réglementaires examineront les données de sécurité et d’efficacité, suivies de près par tous les scientifiques intéressés dans le monde, les vaccins ne seront utilisés que si leurs avantages l’emportent clairement sur les risques — et vous devriez également être confiants.

Mark Toshner, Directeur de la recherche biomédicale translationnelle, Université de Cambridge.

Cet article est traduit et republié de The Conversation, sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.