VIDÉO. Covid-19 : 12 questions que vous vous posez sur le vaccin – Franceinfo

VIDÉO. Covid-19 : 12 questions que vous vous posez sur le vaccin – Franceinfo

Efficacité, durée d’immunisation, compatibilité avec le vaccin contre la grippe, effets secondaires, temps entre les deux injections… franceinfo fait le point sur les questions qui se posent – et que vous vous posez – à propos du vaccin contre le Covid-19, dont le gouvernement veut accélérer l’administration. Le Dr Bruno Boyer, président de la section Santé publique au sein du Conseil national de l’Ordre des médecins, répond.

On sait qu’il faut deux injections pour le vaccin du laboratoire Pfizer. Quel est le délai entre les deux injections et peut-on entre les deux attraper le Covid ?

Dr Boyer : Le vaccin Pfizer est constitué de deux injections séparées de trois semaines. Pour le vaccin Moderna, qui sera probablement autorisé dans les jours à venir, ce sera quatre semaines. Il est tout à fait possible, statistiquement cela va se produire, qu’on rencontre le virus de la Covid-19 entre les deux injections. Il y a deux choses importantes à savoir dans ce cadre : la première c’est qu’il n’y a pas d’élément, au cours des essais qui ont été réalisés, qui montre que cela ait une incidence embêtante, que cela crée un accident, une maladie plus grave pour la personne. Au contraire, il y a déjà une immunité probablement acquise qui fait que, très probablement, la forme clinique sera de moindre gravité. La deuxième chose, c’est que la deuxième injection n’aura pas lieu dans ce cas. 

Au bout de combien de temps le vaccin immunise-t-il ? Que se passe-t-il si j’attrape le Covid entre les deux de doses de vaccin ?

C’est une question qui mérite d’être nuancée. Le vaccin immunise théoriquement, il parvient à sa pleine efficacité (95%), une semaine après la deuxième injection. Mais les études qui ont été menées montrent que dès le douzième jour à peu près, on a déjà une immunité qui apparaît, on a déjà un effet protecteur qui apparaît. Et très probablement, des formes de la maladie seraient moins graves si on s’en tenait là.

Peut-on être vacciné si l’on est déjà contaminé par le virus et que l’on ressent les premiers symptômes ?

Il y a deux cas de figure : soit on est en train, ou on pense qu’on est peut-être en train, d’attraper le Covid. À ce moment-là, la première chose c’est qu’il faut se tester et il faut s’isoler en attendant le résultat négatif des tests ou si les tests sont positifs bien entendu. Si on a effectivement, si on est effectivement en train d’avoir la Covid, alors il n’y aura pas d’indication à être vacciné, en tout cas pas à court terme. Il n’y a pas d’éléments suffisamment probants pour dire « On peut » ou « On ne peut pas », et cela fera l’objet d’une discussion individualisée au moins trois mois plus tard avec le médecin.

Doit-on donc faire un test PCR avant de se faire vacciner ?

Non, il n’est pas nécessaire et il n’est pas indiqué de faire ni un test PCR, ni un test antigénique, ni un examen sérologique avant de se faire vacciner. Les éléments dont on dispose dans les essais qui ont été menés montrent, comme on l’a dit, qu’il n’y a pas d’accident qui serait dû au fait qu’une personne qui a déjà rencontré le virus se fasse vacciner. Pour autant, on souhaite respecter, si on sait la date à laquelle la maladie a été contractée, un délai de trois mois avant de prendre cette décision.

Est-il possible de transmettre le Covid une fois vacciné ? Si oui, est-on asymptomatique et devrons-nous garder le masque ?

Une fois qu’on est vacciné, une fois que la pleine immunité est obtenue, on est protégé d’une forme grave de la maladie. C’est un vaccin qui protège la personne vaccinée. On n’a pas d’éléments qui permettent de penser, pour l’instant, qu’on n’est plus transmetteur, qu’on n’est pas capable d’héberger le virus un certain temps dans sa gorge, dans son rhinopharynx, et donc de le transmettre à des personnes qui ne seraient pas protégées. Il y a certains éléments dans certaines études qui laissent penser que, peut-être, il y aurait une immunité du type qui protégerait de cela. Mais rien n’est établi. 

Jusqu’à preuve du contraire, quand on est vacciné, on peut être contagieux. Donc, après avoir été vacciné, on gardera le masque et on respectera les gestes barrières comme on le faisait auparavant.

Dr Bruno Boyer

à franceinfo

Pourra-t-on adapter le vaccin en fonction des mutations du virus, comme c’est le cas notamment pour celui de la grippe ?

Le vaccin contre la grippe saisonnière, c’est un vaccin qui mute beaucoup. Le coronavirus le Sars-Cov-2, qui circule actuellement, c’est la première souche circulante et elle mute peu, pour des raisons virologiques complexes. Néanmoins, ces mutations existent et il y a des variants qui commencent à être individualisés, dont deux sont un peu plus médiatiques : celui du sud de l’Angleterre et celui de l’Afrique du Sud. Pour l’instant, ces variantes restent accessibles aux vaccins. Si des mutations plus importantes devaient rendre le virus non accessible aux vaccins, il est important de noter que, notamment par la plateforme à ARN messager, les laboratoires sont capables d’adapter le vaccin à ce variant du virus très rapidement.

Je me suis fait vacciner contre la grippe. Est-ce que ça pose problème si je me fais demain vacciner contre le Covid ?

On n’a pas de certitudes sur ce point. Néanmoins, par précaution, on considère qu’il est utile de ménager un intervalle de trois semaines entre le vaccin contre la Covid-19 et, le cas échéant, un précédent vaccin contre la grippe. Le risque serait une moindre efficacité vaccinale, et on ne souhaite pas se mettre dans cette situation.

Quelle est la durée d’efficacité du vaccin ?

On ne connaît pas encore la durée d’efficacité du vaccin. On n’a que quelques mois de recul. Ce que l’on peut dire, c’est qu’on a une efficacité remarquable : 95% pendant au moins trois mois. Des études sont en cours pour évaluer cette efficacité à six mois. Pour le reste, on verra ! Par définition, on n’a pas pu observer ce qui se passera dans le futur.

Quels sont les effets indésirables du vaccin ?

Il y a des effets indésirables avec tous les vaccins. Concernant le vaccin Pfizer, ces effets indésirables bénins sont relativement fréquents : peut-être un tiers des cas, peut-être un peu plus. Avec de la fièvre, avec une douleur au point d’injection, avec des céphalées. Ça rétrocède en quelques jours. Il y a quelques exceptionnels effets secondaires graves : on a décrit des cas de paralysie faciale très rares ; et dans une fréquence à peine supérieure à celle de la population non vaccinée, on a décrit des accidents allergiques. Ces accidents allergiques vont faire l’objet, quand ils sont sévères, de contre-indication éventuelle au vaccin. Il est important de souligner que ces effets indésirables graves sont très rares.

Le bénéfice du vaccin est très important et que le rapport bénéfice / risque, ce qui est la base de la décision médicale d’indication, est très favorable.

Dr Bruno Boyer

à franceinfo

Lorsque l’on se fera vacciner, est-ce que l’on va nous apposer une vignette sur le carnet de vaccination, pour la traçabilité ? (Numéro de lot, date de fabrication…)

On a beaucoup parlé de sécurité, de traçabilité, de suivi des effets indésirables de ce vaccin. Cela va faire l’objet d’un système d’information spécifique, autonome, très approfondi, dans lequelles coordonnées de la personne vaccinée, les coordonnées de la personne qui vaccine, les coordonnées du vaccin et surtout le suivi et la déclaration très facile par les patients, par les médecins, par l’industrie, des effets indésirables seront colligés.

Quels sont les risques en cas de rupture de la chaîne du froid pendant l’acheminement des vaccins ? Comment feront-ils pour conserver ce vaccin à – 70° voir – 80° avant de me l’injecter ?

Il y a deux questions très différentes. La première question, c’est : « Quel serait le risque s’il y avait une rupture de la chaîne du froid ? » Le seul risque sera que les vaccins qui ont subi cette rupture de la chaîne du froid seront perdus, détruits, ne seront pas utilisés.
Le transport, le stockage, se font avec un monitorage de la température. Et si on détecte un défaut de cette température, les vaccins seront écartés. Sur la conservation, sur les températures à respecter : une fois le vaccin mis sur site de vaccination, il va être décongelé. Il va passer de moins 70° ou moins 80° à la température d’un réfrigérateur ordinaire, entre plus 2° et plus 8°. À cette température, il va pouvoir se conserver quelques jours. Une fois décongelé, on va pouvoir conditionner les doses unitaires de vaccination, prêtes à être injectées à température ambiante de la pièce. Ce vaccin n’est pas du tout injecté à moins 70 degrés, ce qui serait évidemment très, très compliqué et probablement très, très dangereux.

Les femmes enceintes peuvent-elles se faire vacciner ? Y a-t-il un risque pour elles ?

Cela n’a pas été un des objectifs des essais qui ont été menés. On n’a donc pas de données qui permettraient d’indiquer le vaccin pour les femmes enceintes. Donc il n’est pas indiqué pour les femmes enceintes, à cette heure-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.