Vieillissement biologique : pourquoi les femmes peuvent prendre un « coup de vieux » après chaque accouchement – Pourquoi Docteur ?

Vieillissement biologique : pourquoi les femmes peuvent prendre un « coup de vieux » après chaque accouchement – Pourquoi Docteur ?

L’ESSENTIEL

  • La grossesse et la naissance peuvent contribuer à la modification et à la dérégulation de plusieurs systèmes physiologiques, qui peuvent affecter le vieillissement une fois que la femme est ménopausée.
  • En 2019 en France, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) s’établit à 1,87 enfant par femme, contre 1,88 en 2018.

Cheveux blancs, cernes marquées, premières rides… Des petits signes de vieillissement apparaissent fréquemment après un accouchement. Au-delà de l’apparence, une nouvelle étude confirme que plus une femme donne la vie, plus le processus de vieillissement physique de son corps s’accélère.

Changements métaboliques, immunologiques et endocrinologiques

« Nos résultats indiquent que la grossesse et la naissance peuvent contribuer à la modification et à la dérégulation de plusieurs systèmes physiologiques, qui peuvent affecter le vieillissement une fois que la femme est ménopausée », résume Talia Shirazi, co-auteure de la recherche. « Ces conclusions sont cohérentes avec les changements métaboliques, immunologiques et endocrinologiques qui se produisent dans le corps des femmes pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi qu’avec les divers risques de maladie qui sont associés à la grossesse et plus globalement à l’investissement reproductif », poursuit la scientifique. Les femmes qui ont accouché sont en effet plus susceptibles de mourir de diabète, de maladies rénales et d’hypertension.

Saisir l’âge des principaux systèmes d’organes du corps

Pour cette étude, les scientifiques se sont basés sur une cohorte de 4418 femmes. Les chercheurs ont mesuré leur vieillissement biologique en se basant sur les biomarqueurs suivants : les fonctions des reins et du foie, l’anémie et les troubles des globules rouges, ainsi que la fonction immunitaire et l’inflammation. « Nous voulions saisir l’âge et le fonctionnement des principaux systèmes d’organes du corps, au lieu d’examiner le vieillissement au niveau cellulaire », précise Waylon Hastings, co-auteur de l’étude.

En 2019 en France, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) s’établit à 1,87 enfant par femme, contre 1,88 en 2018. Après quatre années de baisse entre 2015 et 2018, l’ICF se stabilise donc. Il oscillait autour de 2 enfants par femme entre 2006 et 2014.


<!–

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

–>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You have successfully subscribed to the newsletter

There was an error while trying to send your request. Please try again.

web-breaking-news will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.